Aujourd'hui le MarocSport

Rencontre entre CAF, entraîneurs et capitaines pour le développement du football féminin

Comment développer plus le football féminin en Afrique? La réponse à cette question est l’une des priorités de la Confédération africaine de football.

Dans ce sens et en marge de la Coupe d’Afrique féminine, l’instance dirigeante du football africain a organisé ce mercredi à Rabat une rencontre avec certains coachs et capitaines des sélections participantes à la compétition (Groupe A et Groupe C). Il était important pour la présidente de la Commission d’organisation du football féminin de la CAF, Kanizat Ibrahim, d’être présente à cette session et de s’adresser aux invités. «Aujourd’hui, la CAF a pour mission d’améliorer la pratique du football féminin dans le continent et surtout de le professionnaliser… je compte énormément sur vous… et pour une fois qu’il y a une présidente, je me sens comme votre avocate. Sentez-vous libres de dire et de partager tous vos besoins pour faire progresser notre football».

Plusieurs étapes ont déjà été franchies et réalisées par la CAF. Meskerem Groshime, Senior Manager du développement du football féminin à la CAF, en a retracé quelques-unes : «Depuis 2018, nous avons mis en place une stratégie pour le football féminin et son développement. Une formation pour les entraîneurs, les formateurs de zones, le football féminin dans les écoles, l’augmentation des équipes participantes à la CAN, la création d’une Champions League féminine et la création de compétitions permanentes. Nous avons proposé puis imposé les contrats et les licences pour les joueuses.

Pour un meilleur niveau, les entraîneurs doivent avoir une licence B alors qu’au départ c’était la licence C… ». Malgré tout le chemin parcouru dans ce sens pour le développement de la pratique du football féminin dans notre continent, beaucoup de choses restent encore à réaliser. C’est en tout cas ce qui est ressorti des entretiens individuels effectués par les membres de la CAF avec les joueuses présentes et leurs entraîneurs. Raul Chipenda, directeur du développement, Meskerem Groshime, ainsi que Mercy Tagoe et Clementine Touré du groupe d’étude technique, munis d’un questionnaire, ont chacun eu un «tête à tête» avec les représentants d’une sélection en particulier. A coeur ouvert, chaque entraîneur et joueuse s’est senti libre de revenir sur son parcours, son expérience personnelle et donner son avis sans langue de bois sur la situation du football féminin dans le continent.

La pratique de la discipline est plus respectée dans certains pays que d’autres et la vitesse de son développement n’est pas la même partout en Afrique mais une certitude persiste : la pratique du football féminin et sa professionnalisation ont encore du chemin à parcourir. Ce type de rencontres avec les acteurs principaux du football féminin permet à la CAF de sortir avec des conclusions pertinentes et ainsi d’envisager, de proposer et de mettre en pratique la meilleure des stratégies pour un meilleur développement de ce sport dans le continent.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page