ActualiteAujourd'hui le Maroc

RSU, agents auxiliaires, milieu rural : Laftit fait le point

Le ministre de l’intérieur répondait aux questions orales des parlementaires

Plusieurs thématiques ont été traitées par le ministre de l’intérieur lors de son passage au parlement. C’est le cas de la mise en place du Registre social unifié (RSU). Abdelouafi Laftit, ministre de l’intérieur, a ainsi assuré que le chantier se déroulait dans des conditions optimales. En réponse à une question orale du groupe de l’Authenticité et de la modernité à la Chambre des représentants, M. Laftit a indiqué que le Registre national de la population (RNP) compte, à ce jour, 120 mille personnes. Cette opération contribuera au ciblage précis des personnes ayant réellement besoin de soutien dans le cadre de l’ensemble des mécanismes de subvention publique existants, a-t-il souligné, ajoutant que la période expérimentale de mise en oeuvre de ce chantier, qui a été lancée au niveau de Rabat et de Kénitra, se poursuivra jusqu’à fin 2022, avant d’être généralisée à l’ensemble du territoire national.

A noter que le RNP vise à déterminer les modalités d’application des articles 6, 7, 8, 28 et 30 de la loi 72.18 relative au système de ciblage des bénéficiaires des programmes d’appui social et à la création de l’Agence nationale des registres.

Il s’agit de définir les modalités d’octroi de l’Identifiant Digital Civil et Social (IDCS) et les conditions et modalités des services de vérification de la véracité des données déclarées auprès des administrations publiques, des collectivités territoriales et des institutions publiques et privées. Cette opération concerne, en une première phase, la préfecture de Rabat et la province de Kénitra, avant d’être généralisée sur l’ensemble des préfectures et provinces du Royaume, conformément à un arrêté du ministre de l’Intérieur. De son côté, le RSU vise à déterminer les modalités d’enregistrement à ce registre, de notation des familles inscrites au RSU, de déclaration de tout changement survenu sur les données enregistrées lors de l’inscription et de présentation des demandes de révision de la notation des ménages, en plus des modalités d’annulation de l’inscription au RSU.

Auxiliaires d’autorité

Par ailleurs, le ministre de l’intérieur a indiqué que son département est en tain de préparer un cadre juridique pour les auxiliaires d’autorité. Répondant à une question orale sur «la situation des chioukhs et moqadems» formulée par le groupe du Rassemblement national des indépendants (RNI) à la Chambre des représentants, M. Laftit a expliqué que le ministère de l’intérieur œuvre à l’élaboration d’un cadre juridique pour les auxiliaires d’autorité, qui ont fait un travail «énorme» pendant la période de la pandémie. Il a ajouté que ce texte juridique verra le jour prochainement en vue de mettre en place un cadre adéquat pour cette catégorie.

Le ministre de l’intérieur a salué, à ce propos, le travail de cette catégorie au cours des dernières années, en particulier lors de la propagation de la pandémie de coronavirus, tout en exprimant ses remerciements à tous les auxiliaires d’autorité. Cette catégorie, qui représente un grand poids au ministère de l’intérieur, bénéficie de tous les privilèges légaux, a insisté M. Laftit, notant que son département a donné depuis 2015 aux auxiliaires d’autorité l’opportunité d’accéder au grade de «khalifa de caïd». Il a fait savoir qu’entre 130 et 140 auxiliaires d’autorité sont promus annuellement, soulignant que le ministère œuvre à augmenter ce nombre afin d’ouvrir des horizons pour cette catégorie.

Réduction des disparités

Dans un autre registre, le ministre a fait savoir que le programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS) en milieu rural a eu un «excellent» impact sur le terrain avec des résultats «très positifs». Ce programme a permis de pallier les énormes carences au niveau des régions cibles, a répondu le ministre à une question centrale sur le PRDTS en milieu rural lors de la séance hebdomadaire des questions orales à la Chambre des représentants, ajoutant que l’objectif consiste à atteindre les 100% en termes de réalisation des projets prévus à l’horizon 2023. Résumant le bilan des réalisations depuis 2017, M. Laftif a fait état de l’aménagement de 12.530 km de routes et pistes rurales, 1.614 projets ayant été achevés sur 2.795, soit un taux de 58%.

Concernant le secteur de l’éducation, 1.218 sur un total de 1.754 projets ont été réalisés, ce qui équivaut à 69%, a-t-il ajouté, précisant que ces projets ont permis 1.926 opérations de construction, de reconstruction et d’entretien des établissements, 666 acquisitions de moyens de transport scolaire outre 94 locations de bâtiments. S’agissant de la santé, 1.054 projets sur 1.408 ont été réalisés, soit 75%, lesquels ont porté sur 532 opérations de construction, de reconstruction et d’entretien, 556 opérations d’acquisition d’ambulances, en plus de 449 opérations d’équipement en matériel de santé.

Quant à l’eau potable, 577 projets sur un total de 983 ont été finalisés (60%), a fait savoir le ministre, notant qu’en matière d’électrification, 748 projets sur 1.197 ont été exécutés, soit l’équivalent de 67%. M. Laftit a, par ailleurs, relevé l’impératif de poursuivre la mise en œuvre du PRDTS afin d’en atteindre l’objectif cardinal qui est de néantiser les gaps spatiaux au niveau de ces régions.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page