ActualiteAujourd'hui le Maroc

Sadiki détaille le dispositif Aïd Al-Adha

Numéro vert, veille vétérinaire, traçabilité, renforcement du contrôle et répression des fraudes…

M. Sadiki a fait savoir que l’offre aujourd’hui est estimée à 8 millions de têtes ajoutant que les services de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) ont recensé pas moins de 242.000 unités d’élevage à l’engraissement à travers le pays.

Le gouvernement déploie de gros moyens pour assurer un bon déroulement de la fête du sacrifice. Dans ce sens, Mohammed Sadiki, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a dévoilé le plan gouvernemental spécial pour cette occasion. Le ministre qui s’exprimait lors du traditionnel point de presse du porte-parole de l’Exécutif à l’issue du Conseil de gouvernement, a annoncé les derniers chiffres ainsi que le détail des mesures adoptées par son département. Concrètement, M. Sadiki a fait savoir que l’offre aujourd’hui est estimée à 8 millions de têtes ajoutant que les services de l’Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA) ont recensé pas moins de 242.000 unités d’élevage à l’engraissement à travers le pays. Le responsable a expliqué qu’il existe cependant d’autres éleveurs qui s’activent au niveau des souks hebdomadaires.

S’agissant de l’identification, le ministre a annoncé que les autorités compétentes ont procédé à l’identification de 6,6 millions de têtes. Selon la même source, cette procédure est importante permettant de garantir une traçabilité exacte en cas de besoin afin de remonter précisément à l’élevage en question sachant que plusieurs expériences ont été menées au cours des dernières années. La demande quant à elle devrait atteindre quelque 5,6 millions de têtes. Concernant la santé du cheptel, le ministre a déclaré devant les médias que l’ONSSA mène tout au long de l’année un programme qui couvre les 32 millions de têtes du cheptel national. A l’approche de la fête du sacrifice, un contrôle particulier concerne les différents points d’élevage et les unités d’engraissement. Les contrôles portent, en plus de l’état de santé des ovins et caprins, sur les aliments utilisés ainsi que les médicaments vétérinaires prodigués.

Les contrôles concernent en outre le transport de la fiente de volaille. Selon le responsable gouvernemental, le transport de cette matière n’est autorisé quelques semaines avant la fête du sacrifice que sur présentation d’un laissez-passer spécial délivré par les autorités compétentes. Le ministre a expliqué que les cas de putréfaction de la viande répertoriés il y a quelques années de cela étaient le résultat, selon les analyses effectuées à l’époque, de l’utilisation de la fiente de volaille dans l’engraissement de certaines bêtes destinées à l’abattage. Les autorités comptent durcir encore plus les contrôles. Et d’expliquer qu’entre 1.600 et 1.700 contrôles ont déjà été effectués par l’ONSSA, ce qui a permis de relever certaines infractions. Celles-ci concernent notamment la conformité des aliments donnés au cheptel ainsi que les médicaments vétérinaires acquis dans les circuits informels. Sur ce plan, M. Sadiki a révélé que 250 cas ont été recensés et des poursuites judiciaires sont engagées. Les autorités restent également vigilantes concernant l’utilisation de certains médicaments autorisés dans l’engraissement des têtes de bétail.

Prix

Le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts a annoncé que l’offre actuellement sur le marché répond aux besoins de toutes les bourses des familles.
Le responsable a toutefois reconnu que les intermédiaires constituent une véritable problématique.

Ces derniers diffusent des informations sur la hausse des prix pour faire flamber les tarifs par la suite. Face à cette situation, les éleveurs veulent agir et non pas laisser le champ libre devant les intermédiaires et autres vendeurs occasionnels.
C’est ainsi qu’une plateforme vient d’être lancée par l’association des éleveurs. Baptisée My ANOC Market, cette initiative est destinée à créer un lien direct entre les éleveurs et le consommateur afin de couper court aux tentatives des intermédiaires.
Selon le ministre, les prix proposés dans le cadre de cette plateforme constituent la véritable référence des tarifs pratiqués par les professionnels sachant que l’association à l’origine de cette initiative ne regroupe pas moins de 75% des éleveurs nationaux.

Numéro vert

Une veille vétérinaire est assurée par les autorités compétentes. Selon le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, 400 techniciens et vétérinaires assurent cette veille qui commence un mois avant Aïd Al-Adha et se poursuivra une semaine après. Dans ce sens, un numéro vert est mis à la disposition des citoyens pour recevoir des conseils et des informations.

Ce numéro vert est également utilisé pour recevoir les réclamations et plaintes en rapport avec cette occasion. Il faut préciser enfin que les autorités compétentes en collaboration avec le ministère de l’intérieur vont réglementer l’accès aux souks de vente de bétails. Seules les têtes portant des numéros d’identification seront autorisées par les responsables.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page