Art & CultureLe Matin

34 troupes folkloriques en 2022

Le Festival national des arts populaires (FNAP) revient dans sa 51e édition, du 1er au 5 juillet, sous l’intitulé «Chants et rythmes immortels». L’Espagne est l’invité d’honneur de cette édition.

Après plus d’un demi-siècle de rayonnement et de prestige pour notre patrimoine culturel ancestral, à travers le plus ancien festival musical du Maroc, l’Association Le Grand Atlas continue de redorer le blason de cette manifestation très porteuse pour la promotion de Marrakech, du point de vue touristique et économique. Pour cela, il n’y a pas mieux qu’une belle et riche programmation pour attirer les foules et donner de l’importance au festival. Et ce à travers la sélection des meilleures troupes de toutes les régions du Maroc. À ce propos, le directeur général du Festival national des arts populaires, Mohamed Knidiri, précise que «cette édition est conçue avec une nouvelle approche artistique et créative célébrant les arts populaires marocains avec près de 600 artistes représentant 34 troupes folkloriques». Ainsi, en plus de l’Espagne, invité d’honneur de cette édition, le FNAP accueillera des troupes folkloriques africaines du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et de la République démocratique du Congo.

Ce festival, devenu un label de la ville ocre, est organisé par l’Association le Grand Atlas en collaboration avec le ministère de la Jeunesse, de la culture et de la communication et d’autres partenaires. Il a, avec le temps, fidélisé un grand nombre de passionnés de ces arts, qui attendent ce rendez-vous avec impatience. Le programme de cette édition sera, ainsi, inauguré avec le grand spectacle sur la scène du Palais Badiî et comprendra des tableaux folkloriques très diversifiés, notamment la Dakka marrakchia, la danse Rokba de Zagora, Ahwach d’Ouarzazate et Kalaâ Mgouna, les Rawes du Souss, des rythmes Hassanis et la danse Guedra, en plus des troupes d’Al Aïta et Abidat Rma. Ces troupes se produiront, tout au long du festival, dans les scènes de la Place Al Harti, la Place Jamaâ El Fna, Sidi Youssef Ben Ali et le Théâtre Royal. Cela va contribuer, selon Knidiri, à rendre à Marrakech sa vitalité touristique après la pandémie. Et ce grâce au large public que draine ce festival de grande portée, classé par l’Unesco Patrimoine culturel immatériel de l’humanité depuis le 4 juillet 2005.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page