EconomieLe Matin

Ce que dit la BMCI sur les contrats d’épargne en unités de compte

Olivier Rigaill : «En bons pères de famille, nous préconisons de diversifier son portefeuille en unités de compte afin de diluer le risque et se prémunir contre la volatilité du marché Actions.»

Les placements en produits Multisupports intégrant la composante Unités de compte ont évolué de manière constante ces dernières années et sont appelés à se renforcer sous l’impulsion des nouvelles offres adaptées et ciblées des compagnies d’assurance et des gestionnaires de fonds. Olivier Rigaill, responsable Marchés à la direction du Marketing, Innovation et Digital de BMCI, partage avec les lecteurs du «Matin» l’évolution de ces contrats, leur intérêt et leurs perspectives de croissance.

Le Matin : Les contrats d’épargne Multisupports ont fait leur apparition il y a plusieurs années. Quel bilan peut-on dresser de ce segment d’épargne mêlant assurance Vie et OPCVM ?
Olivier Rigaill : Il est incontestable que l’évolution des placements en produits Multisupports intégrant la composante Unités de compte a été constante dans le temps bien que faible sur la dernière décennie. Ceci est probablement dû à la prédominance enregistrée des placements en épargne conventionnelle marquée par une fréquence assez élevée des sorties en rachats de par le contexte économique et social que nous vivons depuis les deux dernières années.
Néanmoins, nous notons une accélération de cette croissance certaine observée sur les deux dernières années confirmant l’engouement d’une population d’épargnants patrimoniaux pour les placements à moyen terme à plus fort potentiel de rendement. Cette offre est appelée à se maintenir et à croître davantage dans le temps surtout dans le contexte où les rendements offerts par les produits d’épargne classique tels que les comptes sur carnet et DAT vont continuer à baisser d’une façon durable. En 2021, les rendements du Compte sur carnet ne permettent pas de faire fructifier leur capital face à l’inflation contrairement à l’épargne Vie qui, en moyenne, a offert des rendements X3 plus important que ces dits produits.
Forte de ce constat et dans une logique de protection des intérêts client, la nouvelle offre proposée par la BMCI répond pleinement aux évolutions du marché.

Qu’est-ce qui distingue les contrats en Unités de compte des contrats classiques, en termes d’avantages, de risques, de caractéristiques… ?

Tout d’abord, il convient de rappeler que les contrats Multisupports offrent un potentiel de rendement à moyen terme plus important que ceux réalisés dans les poches en dirhams. Chaque épargnant, selon ses capacités d’épargne et sa sensibilité à la volatilité des supports, pourra décider du choix des supports financiers qui lui sont proposés. De plus, il dispose d’une grande flexibilité pour transférer à tout moment tout ou une partie de l’épargne vers des supports financiers qui profitent pleinement des opportunités de croissance en raison du rendement de ces placements, tout en bénéficiant du cadre fiscal avantageux de l’assurance en placement de capitalisation, permettant de défiscaliser les plus-values réalisées au-delà de huit années. Notre offre BMCI a été pensée et construite de cette façon pour permettre selon les attentes du client d’y trouver son intérêt : fructifier un capital, constituer une épargne, transmettre un patrimoine…

D’après les statistiques de l’ACAPS, seules les primes émises sur les contrats en Unités de compte progressent au premier trimestre 2022 (+50% sur un an), alors que les contrats en dirhams baissent. Qu’est-ce qui explique ces évolutions ?

Ceci confirme, en effet, la perception des épargnants quant à la perspective d’un rendement plus élevé des supports financiers sous-jacents à cette offre Multisupport et qui profite de la baisse des prix d’achat constatée actuellement. Cette tendance à la hausse est appelée à se maintenir très probablement au vu de la baisse des rendements des produits d’épargne classique qui, adossée à des véhicules de placements, offre des potentiels de volatilités moindres et à plus faible rendement.

Les actifs investis en Unités de compte progressent fortement, mais la taille de l’encours reste minime par rapport à celle des contrats en dirhams. Pensez-vous que les UC resteront un produit de niche ou égaleront un jour les contrats classiques ?

Nous considérons que les contrats Multisupports avec une composante en Unités de compte ne vont plus concerner une population particulière d’épargnants uniquement, mais vont s’étendre bien au-delà pour s’adresser à d’autres catégories, quelle que soit leur capacité d’épargne et c’est le positionnement que nous, BMCI, avons souhaité pour notre offre Multisupport en tant que Banque responsable et socialement impliquée.
Cela se fera très probablement sur une période plus longue comme cela a été observé sur des marchés étrangers, mais cette tendance sera au rendez-vous et se maintiendra sous l’impulsion des nouvelles offres adaptées et ciblées des compagnies d’assurance et des gestionnaires de fonds comme BMCI Asset Management, pour offrir une sécurité sur les volatilités des supports et des perspectives de rendement plus importants et répondre ainsi aux exigences de nos clients.

Comment vont se comporter, selon vos prévisions, les Unités de compte en 2022 et 2023, dans un contexte de taux bas et de volatilité du marché Actions ?

Il faudrait considérer l’offre en Unités de compte même dans le contexte de la volatilité comme une véritable opportunité à saisir selon un horizon de placement de plus de 5 années minimum, qui permet de profiter pleinement de la performance des supports comme cela a été observé historiquement avec des performances cumulées à deux chiffres, ce qui reste indéniablement très intéressant.
Par ailleurs, pour optimiser la performance et se prémunir contre la volatilité du marché Actions, les Unités de compte sont constituées de plusieurs sous-jacents tels que les obligations, le monétaire et, en bons pères de famille, nous préconisons de diversifier son portefeuille en Unités de compte afin de diluer le risque et se prémunir contre la volatilité du marché actions.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page