Art & CultureLe Matin

Clôture de la 12 édition du Festival d’Imintanout pour l’art

Le Festival national d’Imintanout pour l’art, la créativité et le patrimoine a clos sa douzième édition, dans la nuit du lundi au mardi, avec une programmation riche et variée destinée, in fine, à permettre aux festivaliers de renouer avec plusieurs styles musicaux allant du folklore local, à la musique amazighe, en passant par les sonorités des musiques hassanie et populaire. Pour cette soirée de clôture riche en couleurs, le Festival d’Imintanout, fidèle à ses promesses, a veillé à y réserver le meilleur, en concoctant un programme varié et des plus alléchants, de façon à permettre aux habitants de la ville et à ses hôtes de partager des moments de joie et de liesse en cette fin de la période estivale, le tout dans une ambiance festive et conviviale. Après un show des plus magiques d’art folklorique symbolisant l’authenticité, la richesse et la diversité du patrimoine musical du Maroc profond, l’assistance a été conviée à accueillir, comme il se doit, l’une des icônes de la musique amazighe, à savoir Saïd Asmghour qui a puisé dans son répertoire musical riche, le temps de partager avec ses aficionados, certains de ses titres les plus connus.

Et l’aventure musicale va se poursuivre, cette fois-ci, avec la star de la musique chaâbie toujours en vogue : l’incontournable Said Senhaji, qui, le temps d’une belle prestation musicale, a mis le feu à la scène et fait jaser plusieurs centaines de férus de cet art ancestral, venus nombreux prendre part à un beau périple au cœur des rythmes et des sonorités les plus singuliers de cette musique aimée de tous. L’un des moments les plus forts de cette soirée a été la production sur scène et sous les ovations de l’assistance de la toute gracieuse et talentueuse Saida Charaf qui, par le biais de sa puissante voix et sa présence charismatique sur scène, a su gratifier le public présent d’un spectacle de haute facture, avec au menu une chrestomathie des plus belles et mémorables chansons de la musique marocaine, un héritage si emblématique de par la diversité de ses rythmes «modernes», «populaires» et «hassanis». Devant un public nombreux, mais aussi au goût des plus raffinés, Saida Charaf, qui arborait le drapeau national, a interprété en plus de titres issus de son propre répertoire, d’autres tubes du pur legs de grands noms de la chanson marocaine illustrant, si besoin est, toute sa diversité, mais aussi, la capacité de cette chanteuse à se retrouver, en toute aisance, dans plusieurs styles musicaux (raï, régada, hassani, etc.).

Dans une déclaration à la MAP, Said Fahim, deuxième vice-président de la Commune d’Imintanout et membre du comité d’organisation, a fait savoir que ce Festival a acquis ses lettres noblesses, et ce malgré plus de deux années de rupture en raison de la pandémie du coronavirus, notant que cette douzième édition a connu un franc succès à tous les niveaux, comme en témoigne la participation de plusieurs artistes parmi les plus célèbres sur la scène nationale. Dans la foulée, il s’est félicité de la présence sur la scène du Festival de la star internationale Youssef Akdim dit «Lartiste» qui est originaire de la région, faisant savoir que le Conseil communal de la ville demeure ouvert à ce genre d’initiative destinée, in fine, à contribuer au rayonnement d’Imintanout et au renforcement de son attractivité sur les plans touristique et économique. L’ambition est donc d’oeuvrer à pérenniser ce Festival pour en faire un rendez-vous annuel incontournable, tout en s’ouvrant davantage sur d’autres artistes et styles musicaux, a dit M. Fahim, adressant ses vifs remerciements à l’ensemble des organisateurs et partenaires pour leur mobilisation et engagement afin de garantir à cette édition toutes les conditions de succès.

Organisée par l’Association Imintanout pour le dialogue culturel et artistique et le Conseil communal de la ville, en partenariat avec le ministère de la Culture, de la jeunesse et de la communication et celui de l’Intérieur, et le Conseil de la région de Marrakech-Safi, le Festival a été l’occasion pour les aficionados des rythmes sélectionnés de venir rencontrer leurs stars préférées : «Lartiste», «Muslim», «Adil Miloudi», «Saida Charaf», «Said Senhaji» et «Ikram El Abdiya», entre autres. Les festivaliers ont eu également la chance de renouer et d’apprécier des chants et rythmes parmi les plus authentiques et originaux de la chanson locale, notamment le maestro de la chanson amazighe au niveau de la province de Chichaoua, Outaleb Mzoudi et les artistes Houcine Taouss ou encore, Said Asamghour.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page