Art & CultureLe Matin

Diam’s livre sa vérité dans un documentaire

Ph. AFP

​Scarifications, tentatives de suicide, internement, conversion à l’islam, fondation pour les orphelins: Diam’s, ex-rappeuse star, sort de 12 ans de silence médiatique pour livrer sa vérité dans un documentaire présenté à Cannes, qu’elle a co-réalisé.

Mélanie, qui fut une figure centrale du hip-hop en France dans les années 2000 n’est pas sur la Croisette. « Quand vous verrez ce film et la vie que Mélanie (son vrai prénom) a décidé de mener, vous comprendrez qu’elle ne pouvait pas le conduire physiquement à Cannes, elle est cohérente », a dit Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, en introduction de la projection jeudi soir.

Aujourd’hui âgée de 41 ans, Diam’s a toutefois envoyé un petit message vidéo, projeté avant son film, certifiant que son absence « n’est pas du mépris ou du dédain », mais s’inscrit dans un souci de « préserver ce petit cocon de vie simple » qu’elle a aujourd’hui loin du show-biz.

« On t’aime ! », ont lancé les jeunes spectateurs dans le public, pas ou à peine nés quand elle trustait les charts en France.

Le documentaire « Salam » (« Paix » en arabe) est scindé en deux parties: le mal-être du temps du show-biz et l’après.

Diam’s et des proches racontent d’abord les souffrances. On prend connaissance d’une première tentative de suicide à 14 ans, prolongement d’une peur irrationnelle de la mort de sa mère, pourtant toujours bien portante et qui s’exprime dans le documentaire.

Le rap et le succès n’arrangent rien. « A force de courir dans tous les sens, ma vie n’en avait plus aucun », assène-t-elle.

Vitaa, artiste qui fit ses premières parties, décrit les pleurs de Diam’s en coulisses après des concerts triomphaux. Son ancienne manageuse relate les scarifications aux bras et visage.

Un internement psychiatrique s’impose. « Ils m’ont éteint avec les médicaments », assure Diam’s. A sa sortie, on comprend qu’il y aura une autre tentative de mettre fin à ses jours.

Survient le tournant de la conversion à l’islam quand, lors d’une soirée entre filles, l’une des convives s’isole pour prier et que Diam’s, qui a pourtant grandi dans le catholicisme, la suive.

L’ex-rappeuse, mère de trois enfants, affirme s’être ensuite convertie seule à l’Île Maurice où elle était partie en virée avec Vitaa. Comme une réponse à ceux qui la disaient endoctrinée quand les photos d’elle, voilée, dans Paris Match, avaient créé l’émoi il y a une dizaine d’années.

La deuxième partie du film correspond à la conversion de Diam’s et à sa fondation dédiée à des orphelins au Mali.

 


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page