ActualiteLe Matin

La galerie d’art L’Atelier 21 participe à la Foire d’art contemporain africain 1-54

[ad_1]

En proposant d’exposer ces quatre artistes, la galerie d’art L’Atelier 21 souhaite mettre en avant le caractère créatif et contemporain de la figuration, qui ouvre de nouvelles perspectives à l’appréhension d’un ordre de réalité, à travers des univers bien enracinés dans le continent africain.

Moussem culturel international d’Assilah : coup d’envoi de l’édition d’automne

Le corps constitue un thème aux ramifications multiples dans l’œuvre de M’barek Bouhchichi. Moulé, sculpté, dessiné, peint, il est mis en exergue à travers un kaléidoscope de signes, de fragments (presque votifs) et d’images qui donnent à voir une préoccupation majeure chez l’artiste : peindre des hommes et des femmes marocains à la peau noire.

La figuration demeure la dominante dans la démarche esthétique de Nabil El Makhloufi et ce qui détermine le mieux l’originalité de son art. Une figuration qui imprime un univers très particulier à la toile, et où on ne sait pas où s’arrête le réalisme et où commence le symbolisme. L’artiste semble nous interpeller à travers ses personnages sur les questions de l’appartenance, des communautarismes, du champ laissé à la singularité de l’être en butte à des interrogations identitaires.

Hako Hankson est un artiste camerounais qui vient d’intégrer la galerie L’Atelier 21 où il expose depuis le 3 octobre 2023. Plongé dès son enfance dans la culture traditionnelle de l’ouest du Cameroun et dans les rituels de sa tribu, Hako Hankson puise ses premières inspirations dans les objets des rites d’initiation qui l’entourent, tels que les masques ou les statuettes. Hako Hankson peint des scènes à la fois ancestrales et contemporaines, en opérant une jonction entre sa culture bamiléké et des références puisées dans l’histoire de l’art.

La peinture de Omar Mahfoudi se caractérise par une transparence qui rend à la fois aériens et évanescents les paysages et les personnages donnés à voir. Les coulures donnent un aspect diaphane aux peintures et dessins, et confèrent un surcroît de mystère aux scènes peintes. Au début de sa carrière, Omar Mahfoudi était très attaché au portrait, mais depuis qu’il s’est établi à Paris, il a ouvert à sa peinture de nouvelles perspectives, en s’intéressant au paysage et en développant un langage plastique combinant réalisme et fantastique.

La Foire 1-54 s’est imposée comme un rendez-vous incontournable de la création africaine. La galerie d’art L’Atelier 21 y participe à la fois pour faire valoir la contribution des artistes marocains dans la concrétisation d’une scène artistique africaine, et pour promouvoir des artistes de l’Afrique subsaharienne.


Continuer la lecture

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page