Art & CultureLe Matin

L’art au chevet des enfants atteints de fente labiale

L’ONG «Smile Train» a organisé, jeudi soir à Rabat, la cérémonie de lancement du programme «Art Impact 4 Health» (Impact de l’art sur la santé), en partenariat avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), visant à soutenir les enfants atteints de fente labiale et leurs familles, notamment par le biais de l’art. Tenue dans une ambiance festive en présence des enfants atteints de cette anomalie congénitale accompagnés de leurs parents, cette cérémonie se veut l’occasion de renforcer la confiance de ces enfants en eux et de rétablir le lien indispensable entre l’enfant, sa famille et le monde extérieur. Menant des collaborations avec des établissements de soins de santé dans les pays en développement pour aider à favoriser la guérison, la communication et l’amélioration du bien-être psychosocial et de la santé pour tous à travers des activités artistiques, l’initiative «Art Impact 4 Health» a été lancée pour la première fois au Maroc et en Afrique du Nord. S’exprimant à cette occasion, la vice-présidente et directrice du programme «Smile Train» en Afrique, Nkeiruka Obi, s’est réjouie du lancement du projet «Art Impact 4 Health», mené en collaboration avec l’OMS, pour la première fois au Maroc.

Ce programme met en exergue le rôle de l’art dans l’accélération de la guérison des enfants atteints de fente, a-t-elle souligné dans une déclaration à «M24», la chaîne de l’information en continu de la MAP, soulignant l’influence «énorme» qu’exerce le travail artistique sur le renforcement de la confiance de ces enfants, constatée notamment à partir de précédentes expériences réalisées dans le cadre du programme dans d’autres pays. Pour sa part, la directrice du programme «Smile Train» en Afrique du Nord, Omnia Tawfeek, a salué les efforts de l’organisation qui continue d’œuvrer depuis 1999 à la prise en charge des enfants nés avec une fente labiale, mettant en relief l’amélioration du programme au cours des cinq dernières années pour atteindre d’autres formes d’aide et de soutien. Il s’agit notamment, a-t-elle poursuivi, de fournir à titre gratuit un service intégré d’accompagnement à l’enfant et sa famille, du jour de naissance jusqu’à l’âge de l’opération, en plus du soutien psychosocial et des services d’orthophonie et d’orthodontie consécutifs à l’intervention chirurgicale. Mme Tawfeek s’est par la même occasion réjouie de voir ce projet mené pour la première fois en Afrique du Nord via son lancement au Maroc, expliquant que l’initiative «Art Impact 4 Health» se veut un événement qui place l’art au cœur du processus thérapeutique des enfants atteints de fente labiale.

À son tour, la représentante de l’OMS, Isabelle Wachsmuth, a exprimé son immense plaisir de voir la mise à l’échelle du programme «Art Impact 4 Healt» au Maroc en partenariat avec «Smile Train», ayant pour but d’évaluer l’impact des activités artistiques sur ces enfants et de mesurer l’incidence sur leur bien-être. Le programme vise à aider les familles et les centres de santé à prendre en considération le bien-être des enfants atteints de fente labiale pour leur faciliter la réinsertion complète, a-t-elle fait remarquer, précisant qu’il s’agit d’une approche «holistique» visant à réaliser le bien-être de ces enfants, mais aussi de leurs familles et de leur communauté. En ce qui concerne les activités artistiques, Mme Wachsmuth a expliqué que le programme prévoit l’utilisation des différentes formes d’art (théâtre, peinture, etc.), afin de faciliter l’expression des enfants «d’une manière belle et naturelle» et les aider à mieux comprendre le sens de la communauté. De son côté, le secrétaire général du Conseil régional de l’Ordre des médecins de Rabat-Salé-Kénitra, Ahmed Sirbou, a hautement loué «la cause» défendue par «Smile Train» via le programme «Art Impact 4 Healt» qui constitue un projet bien structuré au regard de l’attention qu’il accorde à trois volets essentiels, à savoir le volet institutionnel, le volet qualitatif et celui de la formation. L’organisation a fait appel, sur le plan institutionnel, à la fois à l’Ordre des médecins, qui est le garant de l’éthique et de la déontologie médicale et qui veille à la bonne application des lois régissant la profession, et au ministère de la Santé, a-t-il expliqué.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page