Art & CultureLe Matin

Le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan est de retour

Bonne nouvelle pour les cinéphiles. Le Festival du cinéma méditerranéen de Tétouan est de retour du 10 au 17 juin. La 27e édition de cet événement fort de son passé depuis 1985 promet une programmation haute en couleurs avec des invités représentant la diversité du cinéma méditerranéen, arabe et africain. Le jury du Long métrage fiction sera présidé cette année par l’Ivoirien Jacques Trabi.
Scénariste, réalisateur et producteur, il enseigne d’abord les mathématiques et les arts martiaux avant d’intégrer l’École supérieure de réalisation audiovisuelle de Paris en 1995. En 1997, il écrit, réalise et produit son premier film, «Bouzié» (À ma mère), qui remporte le Prix du meilleur du court métrage au Fespaco. En 1999, il réalise son deuxième court, Bol d’amour. Il coproduit et réalise en 2013 «L’Amour en bonus», une comédie romantique ivoirienne. Jacques Trabi sera accompagné dans sa mission par la réalisatrice et actrice espagnole Mabel Lozano, le romancier et critique de cinéma marocain Mohamed Laroussi, et l’artiste-peintre marocain Mohamed El Baz.

Pour sa part, l’écrivaine et critique égyptienne Amal El Gamal préside le jury de la Critique, qui porte le nom du critique marocain feu Mustafa El-Mesnaoui. Amal El Gamal a fait de nombreuses études sur le cinéma, dont «Avec les yeux d’une femme», «Joint Arab Cinema» et «Cinema Cross Genre»… Le Jury de la Critique comprend également la chercheuse et scénariste marocaine Laila Charadi, spécialiste du cinéma maghrébin, ainsi que l’écrivain et critique marocain Adel Sammar, qui a fait des études approfondies sur le cinéma marocain et est directeur de la plateforme numérique «Founun – Maroc». Fera partie également de ce jury, Miguel Angel Parra, vice-président de l’Association des scénaristes d’Andalousie.

Jury du documentaire

Les films en compétition dans la catégorie Documentaire seront départagés par un jury présidé par la réalisatrice française Marion Stalens, connue pour ses documentaires sur la condition féminine et la liberté d’expression. Pour cette mission, le festival a aussi invité la réalisatrice française Fanny Aubert Malaurie, consultante en cinéma et nouveaux médias à l’Institut culturel de Paris, la critique marocaine Nadia Miftah, membre de la World Cinema Support Foundation, ainsi que le cinéaste tunisien Fathi Kharrat, qui a occupé le poste de directeur général de la Direction de l’audiovisuel au ministère de la Culture tunisien et le poste de directeur du Festival du film de Carthage.

*************

Détails des projections

• Douze longs métrages seront projetés dans la salle de cinéma Avenida devant le public et les membres du jury.
• Les films participant à la compétition officielle feront l’objet de délibérations juste après leurs projections respectives.
• La salle de l’Institut français abritera la projection des 8 films documentaires en lice.
• Au Théâtre Cinéma espagnol auront lieu la projection, les films d’ouverture et de clôture, des films de la section Hommages, des films projetés hors compétition officielle et des films programmés dans la section cinéma pour enfants.
 


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page