ActualiteLe Matin

L’écosystème du terrorisme évolue vers un «nexus affirmé»

La menace terroriste en Afrique se fait plus agressive, à coup d’apparition de nouveaux groupes qui s’adaptent aux ripostes nationales et régionales, pour mieux cibler le chaos et le profit, a souligné, samedi à Malabo, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. Représentant S.M. le Roi Mohammed VI au Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur la lutte contre le terrorisme et les changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique, le chef de la diplomatie marocaine a relevé que l’écosystème du terrorisme évolue, vers un «nexus affirmé» entre «terrorisme, séparatisme et criminalité».

Représentant Sa Majesté le Roi Mohammed VI au Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur la lutte contre le terrorisme et les changements anticonstitutionnels de gouvernement en Afrique, le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, a attiré l’attention, Samedi à Malabo, sur l’évolution actuelle de l’écosystème du terrorisme. Le responsable a fait savoir que cet écosystème évolue vers un «nexus affirmé» entre «terrorisme, séparatisme et criminalité». Indiquant que les 85 États membres de la «Coalition globale pour vaincre Daesh», réunis à Marrakech le 11 mai dernier, ont acté ces mutations, que le Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité, tenu en 2016, sous la Présidence de Macky Sall, avait anticipées, M. Bourita a affirmé que face à cette menace mutante, «notre force collective n’a jamais été autant fonction de nos vulnérabilités individuelles». 

Par ailleurs, le ministre a soulevé que le fait de s’attarder, encore une fois, sur cette thématique du terrorisme et des changements anticonstitutionnels des gouvernements reflète une préoccupation doublement pertinente. «Pertinente au regard de la conjoncture haute en défis que traverse l’Afrique, marquée par une succession, voire une concomitance, de crises, sécuritaires en l’occurrence, qui ne laissent aucun répit», explique-t-il. Pertinente, aussi, en ce qu’elle traduit un regard lucide porté sur l’évolution du phénomène terroriste en Afrique, et en particulier cette faculté qu’il acquiert de prendre les couleurs de tous les maux dont il se nourrit : instabilité, insécurité, précarité et séparatisme, relève-t-il. Intervenant également lors des travaux du Sommet extraordinaire de l’Union africaine (UA) sur les questions humanitaires, auquel il représente S.M. le Roi Mohammed VI, M. Bourita a mis en avant la solidarité agissante de S.M. le Roi Mohammed VI dans le continent africain et qui constitue le socle de la conduite qui structure l’engagement humanitaire du Royaume. Le chef de la diplomatie marocaine s’est, de prime abord, dit satisfait de la participation du Maroc à cet événement «dont il souligne la pertinence», ajoutant que l’engagement du Royaume se veut, en effet, à la mesure des «défis» et à la hauteur des «aspirations humanitaires en Afrique». «La solidarité agissante de S.M. le Roi Mohammed VI est le socle de la conduite structurant l’engagement humanitaire du Maroc. Un engagement solidaire, mais aussi pragmatique. Un engagement qui se base sur une approche intégrant les multiples défis sécuritaires, humanitaires et écologiques qui pèsent sur l’Afrique. Un engagement toujours centré sur l’humain, jamais sur des agendas cachés», a mis en avant le ministre marocain.

Même en période de pandémie, met-il en exergue, Sa Majesté le Roi a bien voulu lancer l’Initiative des Chefs d’État africains pour accompagner les efforts du continent dans les différentes phases de gestion de la pandémie, avec l’envoi d’une aide médicale substantielle à une vingtaine de pays africains frères. Dans ce sens, le ministre s’est référé aux paroles adressées par S.M. le Roi Mohammed VI au 1er Sommet humanitaire mondial, à Istanbul le 23 mai 2016, affirmant que «pour faire face aux souffrances et aux tragédies, il importe de se concentrer aujourd’hui sur tout ce qui est pragmatique, en adoptant une approche rationnelle et en dégageant des propositions proactives et prospectives, propres à développer l’action humanitaire, à l’écart de toute instrumentalisation politique». «Nous sommes aussi face à une urgence», a-t-il dit, tirant la sonnette d’alarme et relevant que la situation humanitaire «concentre tous les maux de l’Afrique en les frappant du sceau de la priorité». 

En marge des deux Sommets extraordinaires de l’UA : intenses activités de M. Bourita à Malabo

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, a eu, vendredi à Malabo, en Guinée équatoriale, une série d’entretiens avec ses homologues africains. Ainsi, M. Bourita s’est entretenu avec les ministres des Affaires étrangères de la Guinée-Bissau, du Rwanda, du Tchad, de Sao Tomé-et-Principe, de la Mauritanie, du Liberia, du Nigeria, de la Guinée équatoriale, de la Sierra Leone, du Burundi, de la Gambie, du Malawi et du Togo. Il a eu aussi des entretiens avec le vice-premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo et avec le chef de la diplomatie camerounaise. M. Bourita a également tenu une réunion bilatérale avec le président du Conseil présidentiel libyen, Mohamed Younes AlManfi. Ces entretiens ont porté sur les relations bilatérales et les moyens de les consolider dans tous les domaines.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page