Les humoristes marocains sont de grands professionnels

Jamel Debbouze.

Dans une rencontre avec la presse organisée le 18 juin au palais Es Saadi, dans le cadre du Marrakech du rire, Jamel Debbouze a déclaré que la 10e édition du festival est une bouffée d’oxygène très attendue autant par les artistes que par le public.

«Tout le monde a souffert pendant le confinement, surtout les artistes. On a été sollicité quasiment par tous les artistes, sauf ceux qui avaient d’autres engagements. Les places sont parties en 29 minutes. Malheureusement, on n’a pas pu avoir les autorisations pour jouer dans tous les lieux désirés, mais on a fait ce qu’on a pu. L’année prochaine, on fera découvrir plus d’artistes et plus de spectacles».Malgré l’espace restreint du palais Badii, Jamel Debbouze affirme que cet espace portera toujours le Marrakech du rire. «On n’imagine pas le faire ailleurs, mais on a fait des repérages pour jouer dans d’autres endroits à Marrakech, au cours des prochaines éditions». S’agissant Du MDR 2022, l’humoriste affirme qu’il en garde les meilleurs souvenirs de la première édition. «Cela fait 10 ans qu’on porte ce festival avec beaucoup d’émotions». Jamel, qui porte cet événement dans son cœur, s’est remémoré avec beaucoup d’émotions le soutien du Maroc dans ses débuts. «C’est normal de retourner au Maroc pour organiser ce spectacle. C’est pour dire merci», a-t-il déclaré.

Et de rappeler que l’organisation de la première édition était dure après l’attentat d’Argana. Soutenu par plusieurs personnalités, il a tenu à montrer l’importance de la culture dans des moments pareils. «C’est un spectacle portant des messages forts», a-t-il précisé. Aujourd’hui, Jamel Debbouze est encore plus motivé pour aller de l’avant et poursuivre cette belle expérience. Pour l’édition 2022, il a mis «le paquet» en invitant des stars du foot et du cinéma. Debbouze œuvre aussi pour exporter les talents nationaux. «Les humoristes marocains ont un réservoir extraordinaire. Ce sont de grands professionnels et une force de proposition qu’on veut aider à s’exporter».

 

Lire aussi : Marrakech du rire : grand succès de la 10e édition


Continuer la lecture

Quitter la version mobile