Art & CultureLe Matin

L’héritage andalou en débat à Casablanca

«La Musique andalouse du Maroc, héritage civilisationnel et artistique commun avec l’Espagne» est le thème de la conférence organisée le 13 mai au siège de la région à Casablanca dans le cadre du 18e festival des musiques andalouses «Andalussyates». Cet événement est célébré par l’Association des amateurs de la musique andalouse du Maroc.

L’Andalousie, un concept basé sur la cohabitation

La rencontre était l’occasion pour l’universitaire, écrivain et intellectuel Hassan Aourid de parler de l’Andalousie en tant qu’idée. Pour lui, l’Andalousie va au-delà d’une zone géographique ou une époque historique. «C’est une idée qu’on vit à travers la cohabitation avec l’autre. L’Andalousie a plusieurs dimensions au-delà de l’aspect arabo-musulman». En détaillant la personnalité de l’Andalousie, Hassan Aourid a rappelé que «la civilisation arabe y est bâtie sur un substrat». Dans la même suite d’idées, Hassan Aourid a parlé du flamenco, cet art qui fait partie de l’Andalousie et de la civilisation arabo-musulmane. Comprenant des termes aux origines arabes, le flamenco serait à la base un chant soufi qui comporte des influences religieuses inspirées de l’Islam, selon Hassan Aourid. L’intellectuel marocain a dans ce sens rappelé les recherches de l’écrivain, musicien et professeur espagnol, Antonio Manuel Rodriguez qui tente de découvrir les secrets du flamenco en visitant le Maroc. «Nous sommes responsables d’un riche patrimoine humain qu’on doit préserver avec conscience», a-t-il précisé. En parlant du musicien et savant Zyriab, du flamenco et de l’Andalousie, Hassan Aourid a invité le public à un voyage spirituel au sein du patrimoine civilisationnel culturel et humain. Pour lui, l’Andalousie est «une idée qui doit réunir».

L’Andalousie, un laboratoire d’idées

Participant à cette conférence, l’anthropologue, écrivain, spécialiste du soufisme Faouzi Skali a aussi insisté sur l’importance de situer l’Andalousie non seulement comme un lieu géographique ou historique mais comme un paradigme civilisationnel qui peut servir de laboratoire pour fournir de nouvelles idées importantes comme la conjoncture entre la raison et la foi. Il a expliqué qu’une forme d’humanisme s’est développée en Andalousie d’une façon structurelle avec la foi avant le développement d’un humanisme sans transcendance.
Pour Faouzi Skali comme pour Hassan Aourid et les participants à cette rencontre, le patrimoine andalou mérite plus d’importance.
Rappelons que «Andalussyates» a été constamment l’occasion de faire connaître les diverses facettes de ce patrimoine culturel. L’Association des amateurs de la musique andalouse du Maroc multiplie les efforts pour le préserver et le sauvegarder.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page