EconomieLe Matin

Voici les recommandations du CESE

Le CESE a partagé ses recommandations, hier à Rabat, sur l’intégration des principes de l’économie circulaire aux traitements des déchets ménagers et des eaux usées.

Incitations à la consommation rationnalisée, sanctions anti-gaspillage, cadre légal adapté, révision des contrats de gestion déléguée… Le Conseil économique, social et environnemental a partagé, hier à Rabat, ses recommandations, articulées autour de 4 axes, pour un développement réussi de l’économie circulaire au Maroc. Les détails.

recommandations après auto-saisine sur le thème «Intégration des principes de l’économie circulaire aux traitements des déchets ménagers et des eaux usées». Ces dernières s’articulent autour de 4 axes. Le premier est celui de faire de l’économie circulaire un choix de l’État à travers un cadre institutionnel et une gouvernance adaptés. Dans ce cadre, le Conseil recommande de «préparer une stratégie nationale incluant le management du changement», a déclaré Ahmed Réda Chami, président du CESE. Sur le plan territorial, le CESE propose la mise en place de politiques pratiques et engagées dans l’économie circulaire. Le Conseil préconise de lancer un débat national sur l’importance de l’économie circulaire et de mettre en place une loi-cadre dédiée. Il est également recommandé d’instaurer une gouvernance et un mécanisme d’information, de mesure, de suivi et d’évaluation des programmes d’économie circulaire. Le CESE a également formulé son souhait d’accélérer la mise en place du principe de la responsabilité élargie des producteurs (pollueur-payeur), d’interdire certains types de polluants dangereux et d’instaurer des taxes pour d’autres. Le deuxième axe concerne l’investissement dans le changement du mindset des citoyens, acteurs et décideurs pour passer du concept de «déchet» à celui de «ressources». Dans cet esprit, le CESE espère l’adoption des tarifs incitant à la consommation rationalisée et des sanctions contre le gaspillage.

Une campagne de communication serait, par ailleurs, la bienvenue, propose le Conseil. Son objectif «serait de sensibiliser les consommateurs sur l’importance du changement de leur comportement consumériste», explique Mohammed Benkaddour, membre du CESE. Le troisième axe s’intéresse aux moyens capables de fournir aux acteurs concernés les capacités techniques et outils financiers nécessaires pour la réussite du passage à l’économie circulaire concernant les déchets ménagers. Ainsi, le Conseil préconise la révision des contrats de gestion déléguée pour intégrer la valorisation des déchets, l’encouragement des partenariats public-privé-associations, l’intégration du traitement des déchets dans des cycles qui permettent d’économiser les ressources, le renforcement des expertises techniques et l’incitation à l’utilisation de matière comportant des produits recyclés. Concernant les eaux usées traitées, le CESE attend des sociétés de développement local d’inclure leur réutilisation dans leurs stratégies. Il recommande, en outre, une évaluation de la Stratégie nationale de l’eau sur la base des principes de l’économie circulaire. Enfin, le Conseil appelle à l’application des principes de l’économie circulaire pour réduire le volume et le degré de pollution des eaux usées et de produits toxiques. Les eaux usées traitées constituent un moyen efficace de réduire la pression hydrique que subit le Maroc. En effet, le Royaume dispose de 22 milliards de m3 de ressources hydriques, soit une moyenne de 606 m³ par habitant.

Ce chiffre devrait baisser à 580 m³ à l’horizon 2030, prévient Nizar Baraka, ministre de l’Équipement et de l’eau. Le quatrième et dernier axe des recommandations du CESE traite de l’investissement dans la recherche et l’innovation dédiées à l’économie circulaire. À ce titre, le Conseil propose de renforcer et d’accompagner l’innovation technologique à travers la mise en place de programmes nationaux et régionaux dont l’objectif est le développement de plus d’entreprises opérant dans le recyclage de produits, la numérisation et le suivi de traces.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page