ActualiteLibération

Le Fonds d’équipement communal réalise un PNB de 323 MDH au premier semestre

Le Fonds d’équipement communal (FEC) a réalisé un produit net bancaire (PNB) de 323 millions de dirhams (MDH) au premier semestre 2022, en hausse de 1% par rapport à la même période un an auparavant. Cette augmentation s’explique par l’effet conjugué du niveau des opérations et de la qualité du portefeuille à date, indique le FEC dans un communiqué, ajoutant que durant cette période, les décaissements de prêts se sont établis à plus de 1,3 milliard de dirhams (MMDH) pour permettre le financement de plusieurs projets au profit des différentes catégories de collectivités territoriales. Ces financements, dont plus de 24% s’inscrivent dans le cadre du programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS), ont principalement porté sur la réalisation de projets d’aménagements urbains, notamment pour la mise en œuvre de programmes de mise à niveau des villes, d’équipements spécialisés et d’infrastructures routières, rapporte la MAP. De leur côté, les engagements de prêts ont atteint un montant de plus de 1,8 MMDH au titre du S1-2022, en amélioration de plus de 19% comparativement à la même période une année auparavant, et dont plus de 87% ont été accordés aux Conseils régionaux et aux Conseils préfectoraux et provinciaux, respectivement à hauteur de 53% et 34%. S’agissant des créances sur la clientèle, elles ont atteint près de 26 MMDH, en progression de près de 3% en glissement annuel. L’endettement financier du FEC, quant à lui, a dépassé 21,5 MMDH, constitué principalement de ressources mobilisées sur le marché financier intérieur, notamment à travers les emprunts obligataires qui y représentent une part de plus de 44%. Par ailleurs, le FEC souligne que l’un de ses principaux piliers fondamentaux est son engagement résolu à faire de l’évaluation des risques environnementaux et sociaux une condition sine qua non à tout financement de projets territoriaux, et ce par l’application d’un référentiel, au niveau des standards internationaux, décliné sous forme d’une politique environnementale et sociale (E&S). Sur le plan stratégique, la Banque a scellé, durant le T2 2022, son corpus E&S composé de la politique E&S et des procédures garantissant la standardisation de la conduite de l’évaluation des risques E&S. L’intégration de cette évaluation dans toute la chaîne de valeur marque la volonté du FEC à continuer d’innover pour mieux servir un développement des territoires bas carbone, durable et résilient aux impacts des changements climatiques, permettant ainsi de contribuer aux efforts du Royaume en la matière. Sur le plan opérationnel, le rating E&S résultant de cette évaluation, au titre du premier semestre 2022, fait ressortir que 80,5% des projets financés sont classés dans la « Catégorie D » (projets à risques minimes dont les impacts probables sont maîtrisables), 17,1% classés dans la « Catégorie C  » (projets à risques minimes requérant quelques mesures spécifiques d’atténuation) et 2,4% classés dans la « Catégorie B » (projets à risques limités nécessitant l’intégration des mesures préconisées par les études d’impact E&S réalisées). Aucun projet de « Catégorie A » n’a été recensé. Cette catégorie regroupe les projets qui peuvent entraîner des impacts environnementaux ou sociaux négatifs, jugés importants, élevés ou irréversibles et difficilement maîtrisables.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page