ActualiteLibération

“Première symphonie ” de Chaimaa Mellouki

Une artiste en quête de sens: c’est ainsi que Chaimaa Mellouki, une jeune plasticienne maroco-française, aime se présenter.

Cette quête constitue justement la toile de fond de l’ensemble de son œuvre tout en couleurs, exposée du 30 juin au 30 juillet à l’Espace Rivages au siège de la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger à Rabat.
Pour composer cette belle symphonie picturale, l’artiste joue différentes notes: elle passe, avec la sensibilité et la dextérité d’un musicien, des paysages aux portraits, des formes géométriques aux courbes sinueuses, des tonalités chaudes à celles froides…

Son univers pictural n’a que le ciel pour limite ! “Je touche à des styles différents parce que j’aime bien ne pas avoir de limites et pouvoir créer en toute liberté. D’où ma pratique de l’art abstrait qui me permet de mieux exprimer l’inconscient et la beauté”, a-t-elle déclaré à M24, la chaîne d’information en continu de la MAP, à l’occasion du vernissage, jeudi soir, de l’exposition. 
Dans cette exploration de beauté et de sens dans le monde qui l’entoure, Chaimaa Mellouki use des phénomènes cosmiques, symboles de l’infini et du “chaos créateur”.

 
Ainsi, ses tableaux donnent à voir tantôt une explosion de couleurs qui rappelle l’éruption d’un volcan, tantôt les vagues déferlantes d’une tempête océanique, ou encore un amas de nuages gris qui se bousculent dans le ciel, annonçant un orage… Un big bang de couleurs et d’états d’âme où l’artiste nous plonge avec ses coups de pinceau tantôt soignés tantôt légers.

Les noms choisis pour cette partie de son œuvre, teintée en couleurs chaudes, reflètent bien cette agitation intérieure: “Colère réprimée”, “Incertitude”, “Passion”…
D’autres tableaux, à dominante bleue, s’inscrivent dans un registre différent et dépeignent un tout autre état d’âme: “Espoir”, “Calme”, “Joy”, “Légèreté”, “Extase”, “Pensée vertueuse”… 
“J’aime beaucoup le bleu et toutes ses nuances. C’est pour moi la couleur du clame, de la sérénité, de la paix”, explique celle qui se dit marquée par les oeuvres des grands maîtres de la peinture moderne comme Monet, Manet, Goguin, Picasso, Klint…


Evoquant la place des jeunes peintres dans la scène artistique marocaine, Chaimaa Mellouki se montre optimiste: “Un vent de fraîcheur souffle sur le paysage artistique. Il y a beaucoup de dynamisme, de nouveautés, de points de vue différents… J’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs jeunes artistes qui font de belles choses et qui sont à découvrir et à promouvoir”.

« Première Symphonie » est la première exposition au Maroc de Chaimaa Mellouki, une artiste visuelle maroco-française née à Nanterre en 1983 et qui a poursuivi des cours d’arts plastiques au Museum of Modern Art (MOMA) de New York, à l’Université de Florence et à l’université de New York aux Etats-Unis.


Cette exposition entre dans le cadre de la programmation « série jeunes talents MRE » qui a pour objectif de permettre aux artistes en début de parcours vivant à l’étranger d’exposer pour une première fois, selon un communiqué de la Fondation Hassan II des Marocains résidant à l’étranger. 


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page