ActualiteL'Opinion

L’Algérie kidnappe et torture les séquestrés qu’elle est censée protéger

« Le Comité des droits de l’Homme des Nations Unies vient de publier, aujourd’hui, un communiqué sur un sahraoui que vous avez enlevé, séquestré et torturé. Il a disparu et le Comité vous a demandé des éclaircissements et réaffirmé votre responsabilité en tant que pays hôte des camps de Tindouf, et ce en violation de l’Article 2 du Comité », a lancé M. Hilale, en brandissant la photo de M. M’Rabih Ahmed Mahmoud Adda au représentant de l’Algérie Nadir El Arabaoui, lors de la réunion annuelle du C24.
 
L’ambassadeur a, par la suite, mis à nu les violations par l’Algérie du droit international, en interpellant le diplomate algérien : « vous ne respectez ni la légalité internationale, ni le droit international. Vous avez imposé au Maroc un conflit pendant 45 ans. Vous avez figé le Maghreb. Vous avez poussé le +polisario+ pour la violation du cessez-le-feu et des Accords militaires afin d’essayer de déstabiliser la région ».
 
En réponse à ses assertions fallacieuses au sujet d’une soi-disant décolonisation du Sahara marocain et d’un prétendu droit à l’autodétermination de la population de cette région marocaine, M. Hilale a recadré El Arabaoui : « Vous demandez l’autodétermination, la décolonisation du Sahara et vous oubliez de décoloniser les kabyles qui sont sous occupation algérienne depuis que l’Algérie est devenue un état, depuis la naissance de l’Algérie en 1962 », ajoutant que « La Kabylie est une prison à ciel ouvert, vous refusez à sa population ses droits les plus élémentaires ».
 
La Marocanité du Sahara est incontestable 

L’ambassadeur marocain a, par ailleurs, fait observer que la marocanité du Sahara est confirmée par des réalités historiques immuables, des fondements juridiques incontestables, une dynamique politique irréversible, un attachement humain irréfragable à la Mère-Patrie et une reconnaissance internationale confirmée, hautement proclamée durant cette réunion du C24. “N’en déplaise à ceux qui font preuve de cécité, le Sahara est marocain et restera marocain jusqu’à la fin des temps”, a-t-il dit. « Ne vous en déplaise, vous avez entendu les dizaines de pays qui proclament la marocanité du Sahara, qui proclament leur soutien au processus politique, et qui sont en désaccord avec vous », a lancé M. Hilale à l’endroit du représentant algérien. « Vous faites du terrorisme intellectuel, soit on est avec l’Algérie, soit on est contre l’Algérie », a-t-il déclaré à El Arabaoui qui a été grandement perturbé et tourmenté par l’appui massif à la marocanité du Sahara et au plan d’autonomie par les membres des Nations Unies au cours de cette réunion du C24.
 
Le diplomate marocain a, par la suite, souligné que le processus politique onusien en cours, sous l’égide exclusif de l’ONU, vise à parvenir à une solution politique, réaliste, pragmatique, durable et de compromis, au différend régional sur le Sahara, a signalé l’ambassadeur, affirmant que le Maroc demeure engagé dans ce processus politique onusien, conformément aux résolutions du Conseil de Sécurité depuis 2007. Il a fait savoir que le Royaume réaffirme, dans ce sens, son attachement au processus de tables rondes consacré dans les résolutions 2468, 2494, 2548 et 2602 du Conseil de Sécurité, avec la participation effective du Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et le “polisario”.
 
Il a en outre souligné que la solution politique réaliste, pragmatique, crédible et de compromis demandée par le Conseil de sécurité ne peut être que l’Initiative marocaine d’autonomie, dans le cadre de la souveraineté du Maroc et de son intégrité territoriale. “Cette Initiative d’autonomie jouit d’un soutien international grandissant. L’Allemagne, Espagne, Roumanie, Pays Bas, Philippines, Serbie et Hongrie, pour ne mentionner que ces derniers, ont récemment annoncé leur appui à l’Initiative d’autonomie, en tant que seule solution sérieuse et crédible, rejoignant ainsi la majorité des Etats arabes et africains qui soutiennent le plan d’autonomie sous la souveraineté du Maroc”, a rappelé M. Hilale.
 
L’ambassadeur a, de même, indiqué que le Sahara marocain est un havre de paix, stabilité, calme et prospérité, où la population locale jouit de tous ses droits et participe au développement socio-économique de la région, comme c’est le cas pour l’ensemble du territoire marocain.
 
“Loin des élucubrations fantaisistes et mensongères des autres parties, il n’y a ni guerre ni conflit au Sahara marocain, mais bien au contraire c’est une région qui attire les investisseurs nationaux et étrangers, accueille des conférences internationales, des centaines de milliers de touristes et des tournois sportifs continentaux”, a-t-il tenu à souligner.
 
L’essor considérable que connait le Sahara marocain, sur tous les plans, en fait un véritable modèle d’intégration et de développement multidimensionnel, inclusif et durable en Afrique. A cet égard, vingt-six pays et organisations, dont le dernier est le Suriname, ont ouvert, à ce jour, des consulats généraux dans les villes de Laâyoune et Dakhla au Sahara marocain. Ce qui confirme la stabilité et la sérénité qui y règnent et la reconnaissance internationale de la marocanité des provinces du Sud, a précisé M. Hilale.

Alger et la stratégie du pire ! 
 
L’ambassadeur a, en outre, rappelé que depuis le recouvrement par le Maroc de son intégrité territoriale, l’Algérie s’est activée de manière continue pour entretenir un différend régional sous couvert de la défense du soi-disant droit à l’autodétermination, précisant que l’Algérie “ne peut plus se cacher derrière son pseudo statut d’observateur à l’égard de ce différend régional. il a été et demeure la partie principale et responsable du maintien de ce conflit”.
 
Il a rappelé, dans ce cadre, que le Conseil de Sécurité a appelé l’Algérie, dans toutes ses récentes résolutions, y compris la dernière, la 2602, à participer aux tables rondes et à faire preuve d’engagement de manière constructive avec l’Envoyé personnel, dans un esprit de compromis, tout au long de la durée du processus et jusqu’à ce qu’il aboutisse.
 
“Le refus de l’Algérie de retourner aux Tables rondes, après avoir participé aux deux premières, est un affront au Conseil de Sécurité et une violation du droit international. Cette obstruction ne l’absoudra jamais de sa responsabilité historique dans ce différend régional”, a souligné M. Hilale.
 
Répondant à une assertion fallacieuse, mensongère et farfelue de l’ambassadeur algérien à l’ONU selon laquelle le Maroc a proposé de partager son Sahara avec l’Algérie en 1975, le diplomate marocain a ironisé que « ce scoop allait faire le tour du monde ». Enfin, et de ridiculiser le diplomate algérien qui a déclaré que s’il était enseignant, il aurait qualifié la déclaration du Maroc d’hors sujet, en lui répondant “heureusement Monsieur l’ambassadeur vous n’êtes pas un enseignant, ni professeur. Sinon vous aurez formé une génération ignare de l’histoire, du bon voisinage et des principes des Nations Unies”.

(Avec MAP) 


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page