« Chabat n’a pas réussi à me débouter du gouvernement »

L’ancien-nouveau patron du parti islamiste a déclaré avoir été la cible de pression, ayant pour dessein de le débouter de son poste de chef de gouvernement depuis sa nomination à ce poste par le Roi Mohammed VI.

Dans son intervention devant les membres de son parti, à l’occasion du Congrès régional de la Région Drâa -Tafilalet, Abdelilah Benkirane a affirmé que les tentatives de se débarrasser de lui, de la part de ceux qu’il a qualifiés de « complotistes », ont toutes été vouées à l’échec.

Et d’ajouter que Hamid Chabat était sûr et certain, en 2013, de parvenir à déloger le chef de gouvernement, faisant référence au retrait de la coalition gouvernementale du parti de l’Istiqlal, dont Chabat était secrétaire général.

Benkirane a poursuivi que la tentative de Chabat a été vaine et ses desseins n’ont pas pu atteindre leur objectif. « Ses ministres sont sortis les mains vides et le parti de l’Istiqlal n’est revenu qu’en 2021 », a martelé le secrétaire général du Parti de la Justice et du Développement (PJD). « Entre-temps Chabat n’est même plus resté membre du parti et a rejoint les rangs du Front des forces démocratiques », a-t-il ajouté.

En revanche, Benkirane a qualifié Mohamed El Yazghi, ancien ministre et ex-Premier secrétaire de l’USFP, d’homme au grand parcours politique et a relaté l’opposition de ce dernier au chef de gouvernement, en 2012, à propos du projet de loi spécifique sur la nomination d’importants responsables à la tête d’institutions publiques « stratégiques ».

Le SG général du PJD a également précisé qu’il n’a cédé sur aucune de ses prérogatives, comme il a oeuvré à respecter l’esprit de la Constitution, dont le Souverain a octroyé les dispositions, dans ce sens, en tant que chef desdites institutions.

L.A.

 



Continuer la lecture

Quitter la version mobile