Maroc DiplomatiquePolitique

La situation des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali, au menu des discussions du CNS

Par Othmane Semlali

Abidjan- Le Conseil National de Sécurité (CNS) de Côte d’Ivoire, dans le cadre du suivi de la situation des 49 militaires ivoiriens détenus au Mali depuis le 10 juillet dernier, a tenu ce jeudi 4 août, une réunion de travail pour examiner l’évolution de ce dossier.

Tenu sous la présidence du Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, le CNS, soucieux de l’évolution de cette affaire, a entendu une communication du ministre en charge de la défense relative à cette question.

En particulier, le CNS a été informé, qu’après plusieurs refus des autorités maliennes, le Chargé d’Affaires et l’Attaché militaire de l’Ambassade de Côte d’Ivoire au Mali ont finalement pu rencontrer les 49 soldats. Ce que l’on sait, selon le ministre ivoirien chargé de la Défense, c’est que le moral de ces militaires ivoiriens est « au beau fixe » et supportent, avec courage, leurs conditions de détention.

La réunion a été aussi l’occasion pour les membres du CNS de déplorer le fait que les autorités de la Transition du Mali continuent de détenir ces soldats, de façon arbitraire, en dépit de l’ensemble des explications et des preuves fournies par les autorités ivoiriennes, pour attester du caractère légal et régulier de leur mission.

Pour alléger les souffrances des familles des soldats ivoiriens coincés au Mali, le Président Alassane Ouattara a donc, instruit le ministre en charge de la Défense à l’effet de continuer à leur apporter le soutien et le réconfort nécessaires, et de poursuivre les visites dans les casernes, afin d’informer régulièrement les troupes sur les efforts en cours pour la libération de leurs collègues.

Une autre instruction a été donnée au Chef de la diplomatie ivoirienne, à l’effet d’informer largement la communauté diplomatique en Côte d’Ivoire, sur la situation des militaires détenus au Mali.

Le Président de la République a exprimé aussi ses remerciements au président de la République du Togo, Faure Gnassingbe pour sa médiation et ses initiatives pour la résolution de ce « malentendu  entre la Côte d’Ivoire et le Mali. « Mes remerciements, a-t-il ajouté,  s’adressent également au Président de la République de Guinée Bissau et Président en exercice de la CEDEAO, Umaro Sissoco Embalo, au président de la République du Sénégal et Président en exercice de l’Union Africaine, Macky Sall, ainsi qu’à Mme Amina Mohammed, vice- secrétaire générale des Nations Unies, pour leur solidarité et leur implication effective en vue de la libération des soldats ivoiriens ».

Autre point figurant à l’ordre du jour de la réunion du CNS, concerne la situation sécuritaire en terre ivoirienne.

Après la présentation faite par le ministre de l’intérieur et de la sécurité, le CNS a noté, avec satisfaction, la stabilité constante de la situation sécuritaire en Côte d’Ivoire. Le CNS a, à cette occasion, mis en avant le bilan satisfaisant de l’Opération « Epervier 7 » qui, depuis septembre 2021, a permis, entre autres, d’améliorer les conditions sécuritaires en terre ivoirienne, avec, à titre illustratif, l’interpellation de 6.511 personnes, la saisie d’environ 4 tonnes de cannabis et 57 tonnes de produits prohibés, ainsi que la saisie de 23 armes à feu.

Toutefois, le Conseil National de Sécurité déplore des événements marquants, survenus depuis sa dernière réunion du 7 juillet 2022, parmi lesquels figurent des affrontements impliquant principalement des jeunes, à Odienné et à N’Douci, et ayant occasionné cinq (5) morts, de nombreux blessés et plusieurs dégâts matériels.

S’agissant des troubles sociaux, le Président de la République ivoirienne , en vue de lutter efficacement contre ces incidents, a instruit le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, et l’ensemble des Ministres concernés à l’effet de prendre des mesures idoines pour le renforcement de la cohésion. Le 10 juillet dernier , 49 soldats ivoiriens ont été détenus à l’aéroport de Bamako. Ils ont été accusés par les autorités maliennes d’être des mercenaires cherchant à déstabiliser le Mali. Abidjan avait demandé, le 12 juillet, la libération « sans délai » de ses 49 militaires. Ces Soldats selon les autorités ivoiriennes, seraient présents sur le sol malien dans le cadre d’opérations de soutien logistique à la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA). Une présence pourtant « bien connue » des autorités maliennes.

 

 

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page