Le Kremlin rejette le rapport des médias britanniques sur l’essai nucléaire russe

Le Kremlin a déclaré mardi qu’il ne voulait pas participer à la « rhétorique nucléaire » propagée par l’Occident après un reportage médiatique selon lequel la Russie s’apprêtait à démontrer sa volonté d’utiliser des armes nucléaires dans son conflit avec l’Ukraine.

Le journal Times a rapporté lundi que l’alliance militaire de l’OTAN avait averti ses membres que le président Vladimir Poutine était sur le point de démontrer sa volonté d’utiliser des armes nucléaires en effectuant un essai nucléaire à la frontière ukrainienne.

Le journal basé à Londres a également déclaré que la Russie avait déplacé un train qui serait lié à une unité du ministère de la Défense responsable des munitions nucléaires.

Interrogé sur l’article du Times, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré que la Russie ne voulait pas participer à ce qu’il présentait comme des exercices occidentaux de « rhétorique nucléaire ».

« Les médias occidentaux, les politiciens occidentaux et les chefs d’État se livrent actuellement à de nombreux exercices de rhétorique nucléaire », a déclaré Peskov. « Nous ne voulons pas participer à cela. »

Le 21 septembre, Poutine a ordonné la première mobilisation de réservistes militaires russes depuis la Seconde Guerre mondiale pour envoyer plus de troupes sur le champ de bataille et a soutenu un plan d’annexion de pans entiers de l’Ukraine, avertissant l’Occident qu’il ne bluffait pas en disant qu’il serait prêt à utiliser armes nucléaires pour défendre la Russie.

La Russie est la plus grande puissance nucléaire du monde en termes de nombre d’ogives nucléaires : elle possède 5 977 ogives alors que les États-Unis en ont 5 428, selon la Fédération des scientifiques américains.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile