Maroc DiplomatiquePolitique

Le roi des Belges exprime ses « plus profonds regrets » aux Congolais

Le roi Philippe de Belgique a exprimé ses « plus profonds regrets » pour les abus de son pays dans son ancienne colonie, le Congo, déclarant mercredi aux législateurs lors de son premier voyage officiel dans le pays que la domination coloniale belge était injustifiable et raciste.

« Bien que de nombreux Belges soient sincèrement engagés à aimer profondément le Congo et son peuple, le régime colonial, en tant que tel, était basé sur l’exploitation et la domination », a déclaré le roi à la législature nationale à Kinshasa.

« Ce régime était celui d’une relation inégale, en soi injustifiable, marquée par le paternalisme, la discrimination et le racisme », a-t-il déclaré.

« A l’occasion de mon premier voyage au Congo, ici même devant le peuple congolais… Je tiens à réaffirmer mes plus profonds regrets pour ces blessures passées », a déclaré Philippe, soulignant le thème de sa visite de six jours dans le pays.

Son discours intervient deux ans après que le roi a fait des commentaires similaires sur le 60e anniversaire de l’indépendance du Congo lorsqu’il est allé plus loin que n’importe lequel de ses prédécesseurs en condamnant les « actes de violence et de cruauté » pendant la domination coloniale belge.

Alors que certains Congolais ont salué les remarques du roi belge comme étant courageuses, d’autres ont déclaré que les excuses devaient s’accompagner de réparations financières.

« La Belgique doit demander pardon au peuple congolais mais aussi l’indemniser », a déclaré Francis Kambale, un étudiant de 26 ans vivant à Goma, dans l’est du pays. « Nos grands-parents ont été battus comme des animaux, d’autres ont été tués. Mais aussi de nombreux minéraux et biens culturels ont été volés par la Belgique. Cette visite du roi des Belges est une distraction. Le Congo n’en profite en aucune façon et n’améliore pas les conditions économiques des Congolais. »

La Belgique a fait face à un bilan sur son passé colonial ces dernières années, en particulier autour de la commémoration du 60e anniversaire de l’indépendance du Congo en 2020. Cette année-là, la Belgique a abattu à Gand une statue du roi Léopold II, qui avait pillé le Congo pendant son règne de 1865-1909 et forcé beaucoup de ses habitants à l’esclavage pour extraire des ressources à son propre profit.

Les premières années qui ont suivi la revendication de Léopold sur le pays africain sont particulièrement tristement célèbres pour les meurtres, le travail forcé et d’autres formes de brutalité qui, selon certains experts, ont fait jusqu’à 10 millions de morts congolais, selon les historiens.

Après la fin de la propriété revendiquée du Congo par Léopold en 1908, il l’a remis à l’État belge, qui a continué à gouverner la colonie jusqu’à ce que la nation africaine devienne indépendante en 1960.

Mercredi, Philippe a également décerné un grand honneur au dernier vétéran congolais survivant connu de la Seconde Guerre mondiale.

L’ancien caporal Albert Kunyuku, aujourd’hui âgé de 100 ans, a été décoré commandeur de l’Ordre de la Couronne. Enrôlé à 18 ans, Kunyuku avait combattu en Birmanie de l’époque au nom de la Belgique.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page