Les arsenaux nucléaires mondiaux devraient croître en 2022, selon SIPRI

L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) publie aujourd’hui les conclusions de l’Annuaire 2022 du SIPRI, qui évalue l’état actuel des armements, du désarmement et de la sécurité internationale. Une conclusion clé est que malgré une diminution marginale du nombre d’ogives nucléaires en 2021, les arsenaux nucléaires devraient croître au cours de la prochaine décennie.

Les neuf États dotés d’armes nucléaires – les États-Unis, la Russie, le Royaume-Uni, la France, la Chine, l’Inde, le Pakistan, Israël et la République populaire démocratique de Corée (Corée du Nord) – continuent de moderniser leurs arsenaux nucléaires et, bien que le nombre total d’armes nucléaires ait légèrement diminué entre janvier 2021 et janvier 2022 (voir tableau ci-dessous), ce nombre augmentera probablement au cours de la prochaine décennie.

Sur l’inventaire total d’environ 12 705 ogives au début de 2022, environ 9440 se trouvaient dans des stocks militaires pour une utilisation potentielle. Parmi ceux-ci, on estime que 3732 ogives ont été déployées avec des missiles et des avions, et environ 2000 – dont presque toutes appartenaient à la Russie ou aux États-Unis – ont été maintenues dans un état d’alerte opérationnelle élevée.

Bien que les stocks totaux d’ogives russes et américaines aient continué de diminuer en 2021, cela était dû au démantèlement d’ogives qui avaient été retirées du service militaire il y a plusieurs années. Le nombre d’ogives dans les stocks militaires utilisables des deux pays est resté relativement stable en 2021. Les forces nucléaires stratégiques déployées par les deux pays se situaient dans les limites fixées par un traité bilatéral de réduction des armes nucléaires (Traité de 2010 sur les mesures visant à réduire et à limiter davantage les armes stratégiques offensives, Nouveau START). Il convient toutefois de noter que le nouveau GTSR ne limite pas le total des stocks d’ogives nucléaires non stratégiques.

« Il y a des indications claires que les réductions qui ont caractérisé les arsenaux nucléaires mondiaux depuis la fin de la guerre froide ont pris fin », a déclaré Hans M. Kristensen, chercheur principal associé au programme sur les armes de destruction massive du SIPRI et directeur du projet d’information nucléaire à la Fédération des scientifiques américains (FAS).

« Tous les États dotés d’armes nucléaires augmentent ou modernisent leurs arsenaux et la plupart aiguisent la rhétorique nucléaire et le rôle que jouent les armes nucléaires dans leurs stratégies militaires », a déclaré Wilfred Wan, directeur du programme d’armes de destruction massive du SIPRI. « C’est une tendance très inquiétante. »

La Russie et les États-Unis possèdent ensemble plus de 90 % de toutes les armes nucléaires. Les sept autres États dotés d’armes nucléaires développent ou déploient de nouveaux systèmes d’armes, ou ont annoncé leur intention de le faire. La Chine est au milieu d’une expansion substantielle de son arsenal d’armes nucléaires, qui, selon les images satellites, comprend la construction de plus de 300 nouveaux silos de missiles. Plusieurs ogives nucléaires supplémentaires auraient été affectées à des forces opérationnelles en 2021 à la suite de la livraison de nouveaux lanceurs mobiles et d’un sous-marin.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile