Les nouvelles autorités appellent les populations à se départir de toute rumeur et désinformation

Les nouvelles autorités militaires du Burkina ont appelé, jeudi, les populations burkinabè à se départir de toutes rumeurs et désinformations pouvant entacher la mise des organes de la Transition.

«Nous vous invitons à vaquer librement à vos occupations surtout à vous départir de toutes rumeurs et désinformations et à rester fidèles à nos valeurs d’hospitalités, de tolérance et de vivre-ensemble», indique un communiqué du Mouvement patriotique pour la sauvegarde et la restauration (MPSR) lu par le capitaine Kiswensida Farouk Azaria Sorgho, sur la télévision nationale.

Les nouvelles autorités ont par ailleurs rassuré les populations qu’elles «restent concentrées sur la poursuite des activités opérationnelles relatives aux urgences sécuritaires et à la mise en place des organes de la transition au Burkina», rapporte l’Agence d’information du Burkina AIB.

Lire aussi : Le capitaine Ibrahim Traoré officiellement désigné président du Burkina Faso

Suite à la prise du pouvoir par un coup d’Etat du capitaine Ibrahim Traoré (34 ans), le 30 septembre 2022, des fausses informations circulant sur les réseaux sociaux, font état de ce que la hiérarchie militaire manœuvrait pour le renverser, au prétexte qu’il serait jeune pour diriger le pays.

Jeudi, des manifestants se sont encore rassemblés devant la télévision nationale pour protester, fait savoir la même source.

Le capitaine Traoré reprochait à son prédécesseur, le lieutenant-colonel Paul- Henri Sandaogo Damiba de dévier de l’objectif de la lutte contre le terrorisme, avancée le 24 janvier dernier pour évincer Roch Marc Christian Kaboré du pouvoir.

Depuis 2016, le Burkina Faso est en proie à des attaques terroristes qui ont provoqué des centaines de morts, plus deux millions de personnes déplacées et la fermeture de nombreux établissements scolaires et sanitaires sur toute l’étendue du territoire national.

Avec MAP

Continuer la lecture

Quitter la version mobile