Maroc DiplomatiquePolitique

l’usage rationnel et durable des ressources hydriques s’impose plus que jamais !

Le secteur agricole marocain, plombé cette année par des conditions climatiques défavorables, table pour la prochaine campagne, sur une utilisation davantage efficace et durable des ressources hydriques via notamment des solutions innovantes à même d’effacer les pertes d’une saison à oublier.

Déficit pluviométrique, rareté des eaux d’irrigation et stress hydrique ont été les maîtres-mots de la campagne agricole 2021-2022 qui a connu une des plus sévères sécheresses après celles de 2015-2016 et 2019-2020.

Depuis l’adoption du Plan Maroc Vert (PMV), l’agriculture irriguée est entrée dans une nouvelle ère de la rationalisation et de la valorisation de l’eau d’irrigation et ce, à travers une politique d’encouragement de la généralisation des techniques et des systèmes d’irrigation économes en eau, en améliorant le service de l’eau et en assurant la pérennité des infrastructures d’irrigation.

A cet égard, la stratégie « Génération Green » 2020-2030 vise à atteindre un million d’hectares d’irrigation goutte à goutte à l’horizon 2030, afin de porter la superficie totale irriguée à 1,6 million d’hectares.

Et d’ailleurs, c’est dans ce sillage que l’économiste et spécialiste des politiques publiques, Abdelghani Youmni, a relevé que la seule voie possible pour un retour en force en vue d’effacer les pertes enregistrées, est une rupture franche avec le modèle de gaspillage des ressources hydriques.

→ Lire aussi: La Commune de Casablanca exhorte la population locale à l’utilisation optimale des ressources hydriques

« C’est la vision de la valeur et de l’utilité de l’eau qui doit changer. En plus d’être une ressource de création de la valeur ajoutée, de la croissance économique, il faudra l’élever au rang de matières premières et de ressources énergétiques non renouvelables, comme le gaz et le pétrole », a-t-il dit dans une interview accordée à la MAP, notant qu’il ne s’agit pas seulement de la responsabilité de l’État mais également celle de la filière agricole dans toutes ses dimensions.

Et d’ajouter qu’il faudra innover en productions agricoles en abandonnant les cultures de fruits et légumes « très consommatrices d’eau et très peu productrices de valeur ajoutée « . A cet égard, l’expert a relevé que, le Maroc dispose de compétences et d’outils pour plafonner les superficies et adapter la territorialisation aux cultures et non l’inverse.

En revanche, les projets innovants permettront aussi de réduire la dépendance à la pluviométrie, en effectuant un benchmark sur des pays comme Singapour et Israël. “Singapour a réussi à atteindre l’autosuffisance en eau grâce au rajout de deux robinets, à savoir l’océan et les eaux usées. L’autre exemple est Israël, la ville d’Ashkelon produit deux milliards de mètres cubes d’eau désalinisée pour un coût de 0.5 dollar le mètre cube en utilisant du gaz naturel comme énergie contre un coût au Maroc de 1 dollar pour le Maroc, soit le double”, a expliqué M. Youmni. « Génération Green » 2020-2030: pour une efficience des techniques d’irrigation et d’économie d’eau

Dans ces conditions difficiles, le ministère de l’Agriculture, de la Pêche Maritime du Développement Rural et des Eaux et Forêts a mis en place un plan d’action en deux axes afin d’accompagner les activités agricoles.

Le premier est relatif à la gestion de la conjoncture à travers le déploiement de tous les moyens disponibles pour créer les conditions favorables et les mécanismes d’appui aux agriculteurs, notamment les petits, et assurer l’approvisionnement des marchés nationaux.

Le second concerne la poursuite de la mise en œuvre des programmes structurels et stratégiques, via la réalisation des projets prévus dans le cadre de la stratégie « Génération Green » (2020-2030).

M. Youmni a rappelé que cette stratégie vise principalement à améliorer l’inclusion économique des jeunes en milieu rural, en favorisant la transformation numérique des outils de production agricole pour améliorer la productivité et anticiper les futures carences en main d’œuvre.

Cette transition vise à rendre efficiente les techniques d’irrigation et d’économie d’eau et soutenir les marchés d’exportation, en encourageant les produits à haute valeur ajoutée comme les fruits rouges et ceux qui créent le plus d’emplois à technicité évolutive, a-t-il affirmé.

Ainsi, il faudra lutter contre la sécheresse et les déficits de la pluviométrie par une meilleure maîtrise de l’utilisation des eaux, du traitement et du dessalement d’eau de mer, une urbanisation du monde rural et une amélioration de sa financiarisation pour décourager l’exode, selon l’économiste.

Et de soutenir également la nécessité de construire des pôles de formation agricole comme des lycées et des instituts technologiques spécialisés dans l’agro-écologie et la transition digitale et énergétique. Conseil agricole: une expertise mise à profit d’une inclusion financière, technologique et digitale des agriculteurs

Le conseil agricole, doté d’une grande expertise, pourrait travailler sur deux priorités qui ont une portée économique et écologique, a relevé le spécialiste. Premièrement, il s’agit d’agir pour réduire la spéculation et les situations de rente sur les produits agricoles afin de permettre aux petits agriculteurs qui travaillent de vendre directement aux consommateurs et d’améliorer leurs revenus et leur capacité d’investissement.

Deuxièmement, il a cité une étude mondiale montrant que les pertes dans le secteur de fruits et légumes sont estimées à 13,8% en volume lors des cueillettes, de l’expédition et du stockage.

Ainsi, il faut penser au développement d’une agriculture urbaine comme politique publique visant à créer des complémentarités entre urbain et rural, occuper les terrains non bâtis, créer des emplois et une nourriture de proximité, adopter une production agricole maraîchère fort utile à l’économie et à sensibiliser à l’écologie et au développement durable.

Les sites web sont parfois remplis d’informations mais “ce dont nos 11 millions d’agriculteurs ont besoin est de caravanes itinérantes à l’occasion des marchés hebdomadaires et d’une réflexion sur la stratégie la plus efficiente permettant leur inclusion financière, technologique et digitale”.

En plus de l’ensemble des mesures adoptées par l’État pour faire face à la pénurie de l’eau, notamment un suivi minutieux de l’évolution de la situation hydrique au niveau de tous les bassins et la mobilisation de ressources hydriques supplémentaires, la responsabilité de tous les acteurs de la filière agricole va de paire pour assurer une bonne gestion et utilisation des ressources hydriques.

Avec MAP

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page