Santé

Accidents domestiques : enfants, adultes, les plus courants, que faire ?

Les accidents domestiques représentent plus de la moitié des accidents de la vie courante (Ac-VC) et touchent en particulier les enfants et les personnes âgées. Leurs conséquences sont souvent légères, mais peuvent être plus dramatiques, voire mortelles. On fait le point sur les principales mesures de prévention et les gestes de premier secours. 

Définition : qu’est-ce qu’un accident domestique ?

Brûlure, chute, étouffement… Les accidents domestiques sont considérés comme des accidents de la vie courante (Ac-VC), aussi appelés « traumatismes non-intentionnels ». Ils surviennent généralement à la maison, ou dans son environnement proche : jardin, cour, garage, et autres dépendances. 

Bon à savoir : les Ac-VC peuvent aussi se produire en extérieur (dans un magasin, sur la voie publique), dans le cadre scolaire, dans le cadre d’une pratique sportive ou en vacances (accidents de vacances et de loisirs). Ils n’incluent ni les accidents de la route, ni les accidents du travail, ni les suicides, ni les crimes. Les enfants et les personnes âgées sont les plus touchés. Les hommes sont également plus touchés que les femmes, indique un rapport publié par Santé publique France en juillet 2021 (source 1).

Quelques chiffres en France

  • Chaque année, en France, les accidents domestiques représentent 61 % des accidents de la vie courante, selon la Fédération française de prévention des risques domestiques (source 2).
  • Cela représente approximativement 11 millions de blessés et 21 400 décès par an, soit un accident toutes les 25 minutes. 
  • 4,5 millions de personnes se rendent aux urgences et seules 500 000 sont hospitalisées. 
  • Ils sont la 3e cause de mortalité en France (après les cancers et les maladies cardio-vasculaires) et la première cause de mortalité des moins de 15 ans

Quels sont les principaux risques d’accidents domestiques ?

La plupart des accidents domestiques n’engendrent que quelques blessures légères. Mais leurs conséquences peuvent être graves (voire mortelles) :

  • hospitalisation,
  • intervention chirurgicale,
  • rééducation,
  • séquelles permanentes,
  • perte de mobilité ou d’autonomie

Les accidents les plus courants sont :

  • les étouffements,
  • les noyades,
  • les chutes,
  • les intoxications, 
  • les brûlures, 
  • les pincements,
  • les électrocutions, 
  • les morsures d’animaux, ou piqûres d’animaux,
  • etc. 

Quelles sont les principales pièces de la maison concernées ?

La pièce la plus dangereuse est, sans grande surprise, la cuisine : mixeurs, four, couteaux, gaz, plaques bouillantes… 

Vient ensuite la salle de bains : risques de noyade dans la baignoire, glissades, électrocutions avec divers objets au contact de l’eau, etc. 

Et les risques sont tout aussi important dans des pièces isolées comme les chambres (surtout pour les enfants, qui peuvent grimper partout et ingérer tout type de choses à l’abri des regards (pièces, piles, médicaments, etc). Les produits high-tech et les objets de décorations présents dans les espaces communs peuvent aussi être à l’origine d’accidents. 

Anticipation et vigilance quotidienne sont les meilleurs alliés pour éviter les accidents domestiques. Le point, au cas par cas. 

Prévenir les chutes et les chocs

La chute est l’accident domestique le plus fréquent. Elle concerne principalement les personnes âgées et les très jeunes enfants. La solution ? Aménagez votre domicile de manière à sécuriser les zones de passage, les fenêtres ou les escaliers (rambardes, barres de sécurité, protège-coin, etc). 

Prévenir les coupures

Le mieux pour éviter les coupures ? Ranger ses outils et tout objet coupant après utilisation, de préférence dans un endroit hors de portée des enfants.

Prévenir les pincements

Les enfants se coincent facilement les doigts dans les portes. Pensez à les laisser fermées et apprenez aux enfants à ne pas claquer les portes et à ne jamais laisser ses doigts dans l’encadrement des portes. Si possible, installez des cales, ou des bloque-portes

Prévenir les noyades

En période estivale, la noyade est l’accident le plus fréquent chez l’enfant. Elle est vite arrivée et peut survenir dans seulement 20 cm d’eau. La solution ? Ne quittez pas vos enfants des yeux. 

Prévenir les intoxications

Plantes toxiques, produits ménagers, médicaments… Rangez les produits toxiques hors de portée des enfants, contrôlez les plantes qui poussent aux abords de votre domicile et ne laissez pas vos enfants sans surveillance. 

Prévenir les morsures

Chiens, chats, bêtes de ferme et autres animaux sauvages peuvent mordre ou griffer. Chez l’enfant, ces blessures peuvent être particulièrement graves. Le meilleur moyen pour les prévenir est d’apprendre aux enfants – et aux adultes à respecter les limites de l’animal, à détecter les signes d’agacement et de ne pas les laisser seuls.

Prévenir les piqûres

Si les piqûres de moustique restent bénignes, les piqûres de taon, de frelons ou de guêpe peuvent être beaucoup plus problématiques. Privilégiez des vêtements clairs, évitez les vêtements trop amples et misez sur des répulsifs efficaces. En cas de symptômes alarmants ou persistants, consultez rapidement un médecin. 

Prévenir les étouffements et les électrocutions

Ces risques concernent principalement les enfants, qui ont tendance à tout porter à tout toucher et tout porter à la bouche. Ne laissez pas traîner de petits objets et gardez toujours un œil sur eux. Pensez également aux cache-prises

Éviter les accidents domestiques chez l’enfant

Comme indiqué ci-dessus, pour éviter les petits et les gros bobos tout en laissant l’enfant s’épanouir : 

  • Surveillez votre enfant : il n’a pas conscience des risques qu’il prend et doit toujours être sous la surveillance d’un adulte, pas d’un autre enfant.
  • Investissez dans du matériel sécurisé et adapté à son âge (bloque-portes, protège-coin, barrières de sécurité, protège-prises, etc). Ne lui donnez que des jouets aux normes CE, investissez dans du mobilier conforme aux dernières réglementations (table à langer, siège-auto, baignoire, poussette, lit, chaise haute…).
  • Placez les objets dangereux hors de portée des enfants (couteaux, bougies, médicaments, etc) et expliquez-leur, de façon claire et posée, les dangers de la maison (fours, cheminées, barbecue, baignoire, piscine, etc). 
  • N’hésitez pas à demander conseil à des professionnels : à votre médecin, à une puéricultrice ou à votre pharmacien, etc. 

Accidents domestiques : protéger les personnes âgées

Des problèmes de santé, un mobilité et des réflexes réduits… Les personnes âgées aussi sont en proie aux accidents domestiques. Pour continuer à vivre en toute autonomie : 

  • dégagez les lieux de passage et limitez les obstacles au sol pouvant provoquer un déséquilibre : fils électriques, tapis, meubles, objets décoratifs, tuyaux d’arrosage…
  • misez sur des tapis antidérapants au sol, dans la baignoire ou dans la douche ; préférez les moquettes aux sols trop lisses, ou, à défaut, choisissez la bonne paire de chaussures pour rester à la maison
  • éclairez correctement la maison : interrupteurs accessibles, escaliers éclairés, plusieurs sources d’éclairage, etc. 
  • Sécurisez les déplacements avec un équipement adapté : barres d’appui, rampes d’escalier, escabeau stable, etc. 

Accident domestique : que faire ?

Les accidents n’arrivent pas qu’aux autres. Même avec la meilleure préparation, un drame peut survenir. Certaines mesures peuvent heureusement réduire les risques. Nos conseils. 

Que faire en cas d’étouffement ?

En cas de suffocation due à une fausse route, agissez en fonction de l’âge et de l’état de la victime.

  • Chez l’adulte, si sa toux est efficace, qu’elle arrive à parler, il suffit de la surveiller. Si la toux est sans effet, que le personne devient bleue et se saisit la gorge avec les mains, administrez-lui cinq fortes tapes dans le dos, entre les omoplates, pour faire sortir le corps étranger. Aucun résultat ? Optez pour la manœuvre de Heimlich : placez-vous derrière la victime, placez vos bras sous les siens, mettez vos deux mains au-dessus du nombril et comprimez brutalement le ventre en tirant vers vous d’un coup sec, en remontant légèrement vers le haut et le dos. Répétez le cycle claques dans le dos et compressions.
  • Chez l’enfant, s’il a moins d’un an. En attendant les secours, asseyez-vous sur une chaise, placez bébé, à plat ventre, en travers sur votre cuisse. Donnez-lui cinq claques énergiques entre les omoplates. Si le corps étranger n’est pas rejeté, retournez l’enfant sur le dos, allongé tête basse sur votre avant-bras et votre cuisse. Placez 2 doigts au milieu de la poitrine et faites 5 compressions. Répétez en alternant claques dans le dos et pressions.
  • Chez l’enfant, s’il a plus d’un an. Placez-vous sur le côté, légèrement en arrière de la victime. Soutenez son thorax avec une main et penchez-le en-avant, donnez-lui cinq claques vigoureuses, entre les omoplates. Si le corps étranger n’est pas rejeté, effectuez la manœuvre de Heimlich.

Bon à savoir : ne tentez pas d’ôter un objet introduit dans une narine ou une oreille. Emmenez la personne aux urgences, en position assise.

Comment réagir en cas de brûlure ?

  • Une brûlure étendue avec formation de cloques. Aspergez d’eau froide pendant au moins cinq à 10 minutes (maximum). Si les vêtements sont en coton, enlevez-les délicatement tout en faisant couler de l’eau sur la brûlure. Appelez le 15 pour un conseil médical.
  • Une brûlure interne. Si la victime a ingéré un liquide bouillant ou un produit corrosif, appelez le 15 en urgence et suivez leurs conseils. 
  • Une brûlure suite à une électrisation. Coupez immédiatement le courant avant de toucher la victime. Appelez les secours, même sans signe apparent. 

Bon à savoir : quelle que soit la brûlure, ne la couvrez pas de matière grasse ou de pommade. Surtout, n’appliquez pas de glaçons. L’huile, le talc, le savon ou le dentifrice sont aussi à proscrire. N’appliquez pas non plus de pansement adhésif, de coton ou de mouchoir en papier.

Comment réagir en cas de mauvaise chute ?

Si la victime perd connaissance après la chute, ne serait-ce que quelques instants, emmenez-la aux urgences.

Si elle reste inconsciente, tournez-la sur le côté, une jambe tendue, l’autre repliée (position latérale de sécurité, ou PLS), pour éviter qu’elle ne s’étouffe si jamais elle vomit et prévenez immédiatement le Samu.

Bon à savoir : dans les heures et les jours qui suivent la chute, surveillez l’apparition de signes de traumatisme crânien grave : somnolence, troubles des yeux, problèmes de motricité, vomissements répétés…

Comment réagir en cas d’empoisonnement ?

L’ingestion inconsidérée de produit ménager, de médicaments ou d’alcool concerne principalement les enfants. 

  • Si l’enfant a avalé des médicaments, appelez le 15 (Samu) en indiquant le nom du produit avalé et la quantité ingérée.
  • S’il a avalé un produit ménager ou une plante toxique (baies, muguet, laurier-rose…), emmenez-le, tout de suite, aux urgences les plus proches.

Bon à savoir : ne cherchez surtout pas à le faire vomir ou à le faire boire, cela risque d’entraîner le produit plus loin. 

Comment réagir en cas de coupure ?

Même si l’entaille paraît minime, les conséquences peuvent être graves : il existe un risque majeur d’infection et, surtout, de lésion nerveuse, vasculaire ou tendineuse. En cas de coupure importante, consultez donc rapidement un médecin. Avant de vous rendre aux urgences, stoppez le saignement en comprimant la plaie avec un linge propre. Quant au garrot, il ne s’impose que si la compression est inefficace et le saignement vraiment très important.

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page