Santé

Bradley Cooper : « J’ai réalisé que j’avais un problème avec les drogues et l’alcool »

« J’étais tellement perdu et j’étais accro à la cocaïne ». Bradley Cooper, 47 ans, s’est récemment livré en toute transparence sur les addictions qui ont rythmé le début de sa carrière. Dans la fin de sa vingtaine, l’acteur masquait son manque d’estime de lui-même dans la cocaïne et l’alcool.

« Emménager à Los Angeles pour la série Alias, c’était comme retourner au lycée : je ne pouvais entrer dans aucune boîte de nuit, aucune fille ne me regardait. J’étais complètement dépressif », se rappelle-t-il dans un épisode du podcast Smartless, diffusé le 13 juin et présenté par Jason Bateman, Will Arnett et Sean Hayes. L’acteur reconnaît aujourd’hui qu’il détruisait sa santé, mais blessait aussi régulièrement les personnes qui l’entouraient. Jusqu’à la prise de conscience…

Son salut, l’interprète doit à un ami, Will Arnett (qui lui donne la réplique dans le film The Rocker). En juillet 2004, à l’issue d’une soirée où il s’était mal comporté, il a eu droit à un recadrage qui lui a « certainement » sauvé la vie. 

C’est la première fois que j’ai réalisé que j’avais un problème avec les drogues et l’alcool, admet-il.

Et d’ajouter, à propos de son ange gardien : « Je ne l’oublierai jamais. Il a pris le risque d’avoir une conversation difficile avec moi, ce qui m’a décidé à changer de vie ». 

À 36 ans, Bradley Cooper entame alors de grands changements, et obtient l’un des premiers rôles dans le film Very Bad Trip (2009), qui le propulsera sur le devant de la scène. « Tu as eu la chance d’entamer cette métamorphose avant ce film. De prendre conscience de ces choses et de procéder aux changements nécessaires – c’est ce qui t’a permis de t’ouvrir et de devenir toi-même« , l’a félicité son ami Will Arnett.

Depuis, l’acteur est sobre et enchaîne incontestablement les succès à l’écran : Happiness Therapy (2012), American Bluff (2013), American Sniper (2014), Joy (2015), La Mule (2018), A Star Is Born (2018), etc. On a récemment appris qu’il avait même aidé Brad Pitt à se défaire de ses propres addictions. Ce dernier l’en avait remercié en recevant le prix du meilleur acteur dans un second rôle, pour Once Upon a Time…in Hollywood, de Quentin Tarantino. 

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page