Santé

« Des explosions derrière la nuque » : la chanteuse Indra raconte sa terrible expérience avec le Botox

Célèbre dans les années 70, la chanteuse Indra a disparu des plateaux de télévision et des magazines. La Suédoise de 56 ans a expliqué que cette absence était due à une mauvaise expérience avec la chirurgie esthétique dans le documentaire TFX Stars d’un tube : que sont-elles devenues ? diffusé ce samedi 16 juillet. (source 1)

Comme beaucoup d’hommes et de femmes, Indra s’est laissée séduire par le mirage de la jeunesse éternelle. L’interprète de Misery décide de se faire injecter du Botox afin de rajeunir son visage. Malheureusement, les effets secondaires ne se font pas attendre. 

« Ça a commencé par une injection en 2006, donc ça date. Le Botox commence à faire son effet. Je me rappelle, j’ai eu deux explosions derrière la nuque. Comme quelque chose qui pétait, tout qui avait lâché. Je sentais la tête qui descendait », explique-t-elle. « J’étais bloquée vers le bas. Je commençais même à avoir une luxation de la mâchoire tellement ça tirait vers le bas. »

Afin de soulager ses douleurs, un docteur lui injecte de la cortisone, un médicament qui présente des propriétés anti-inflammatoires. La santé d’Indra se détériore encore. 

« J’étais avec mon fils dans le parc et tout d’un coup ça a lâché. Ça faisait comme des élastiques qui partaient en arrière, comme si on avait lâché. Et puis le nez, il y avait de l’eau qui coulait. Des litres. Je sentais le visage se vider« , se souvient l’artiste. 

« Une souffrance constante »

Quinze ans plus tardIndra souffre de vertiges, de problèmes au visage et aux articulations. Elle essaie de se reconstruire grâce à des séances d’ostéopathie. Longtemps, les médecins n’ont pas voulu la prendre en charge, lui reprochant de se « faire des films ». 

Le praticien qui apparait à ses côtés dans le documentaire se montre plus à l’écoute. 

« Le botox, ce n’est vraiment vraiment pas anodin. Je ne lui dirai pas que je peux lui rendre ce qu’elle avait au niveau du visage parce que ce n’est pas vrai« , a-t-il déclaré. « Je pense qu’il faut aujourd’hui faire un état des lieux sur ce qu’il est possible de rendre au niveau du visage, (…) et ne pas essayer de revenir en arrière sur quelque chose qui ne pourra plus être fait. » 

Grâce à ce soutien professionnel, Indra espère enfin pouvoir passer à autre chose. 

« C’est un syndrome et c’est une souffrance constante. Vivre comme ça, ce n’est pas évident, et je suis épuisée », a conclu la star. 

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page