Santé

« Je n’arrive pas à me regarder dans un miroir » : Défigurée par une injection sauvage d’acide hyaluronique, elle témoigne

Ces dernières années, les injections esthétiques ont gagné en popularité. Pour autant, elles ne sont pas sans risques, comme le prouve le témoignage de Maria à France Info paru ce samedi 16 juillet. (source 1)

Âgée de 40 ans, Maria souhaitait corriger son nez un peu de travers. C’est un médecin qui lui a recommandé de se rendre chez une tatoueuse de sa connaissance afin qu’elle puisse recevoir une injection d’acide hyaluronique.

Ce gel est utilisé dans la médecine esthétique pour redonner du volume, corriger un sillon nasogénien, et avoir l’air plus jeune naturellement. Normalement, une telle injection se pratique seulement chez un médecin. La tatoueuse qu’a consultée Maria n’avait donc aucunement le droit de la pratiquer. D’ailleurs, la quadragénaire se souvient avoir remarqué que la tatoueuse avait un comportement étrange : « J’ai vu dans son visage qu’il y avait quelque chose qui n’était pas normal. »

Pourtant, cinq minutes avant l’injection, la tatoueuse lui explique qu’il n’y a pas de contre-indication. Selon elle, l’injection pouvait engendrer des rougeurs et des bleus qui disparaîtraient aussitôt. 

« Quand j’ai vu dans le miroir qu’il y avait déjà des bleus autour de mon nez, elle m’a dit que ce n’était rien et que cela allait passer »,raconte Maria. Mais il suffit de quelques heures pour que les hématomes s’étendent à son front. Inquiète, Maria contacte plusieurs fois la tatoueuse qui refuse d’admettre sa faute. 

« Chaque jour qui passait, c’était de pire en pire. Le deuxième, le troisième jour, c’était pareil. (La tatoueuse) me disait ‘c’est rien, c’est rien’. Mais le quatrième jour, c’était vraiment extrême, je sentais une pression sur mon oeil. »

« Elle est sauvée, mais on a eu très chaud »

Maria finit par consulter la dermatologue Marie Serre à Paris. Celle-ci la prend immédiatement en charge.

« J’avais heureusement en stock le produit qui permet de diluer l’acide hyaluronique », se souvient la docteure. « Effectivement, elle avait manifestement l’artère qui irrigue l’aile gauche du nez et un peu le front bouchée. Elle est sauvée, mais on a eu très chaud. »

Si sa santé n’est plus en danger, Maria a encore du mal à accepter son nouveau visage. Cette mère de deux enfants est aujourd’hui défigurée. Près d’un mois après l’incident, il lui reste encore des bleus douloureux sur le nez, les joues et le front.

« Je ne sais pas à quoi ressemble mon nez, parce que cela fait déjà trois semaines que je n’arrive pas à me regarder dans le miroir », a-t-elle confié. « J’ai beaucoup de stress. Je préfère ne pas me regarder pour essayer de rester calme. »

L’ANSM tire la sonnette d’alarme

Ce lundi 11 juillet, l’Agence des médicaments a mis en garde sur les risques que peuvent engendrer les injections d’acide hyaluronique. (source 2)

« Ces pratiques réalisées par des non médecins sont dangereuses et interdites : nous alertons les personnes souhaitant bénéficier de ce type d’injections sur leurs dangers et rappelons que seuls les médecins sont autorisés à les réaliser », a déclaré l’ANSM. 

Depuis le début de l’année 2022, l’agence a recensé une quarantaine de victimes d’effets indésirables suite à des injections réalisées par des personnes non autorisées. Ces effets secondaires peuvent aller jusqu’à des brûlures, des infections graves ou des nécroses de la peau. Elles sont causées par des pratiques non conformes, telles qu’un non-respect des conditions d’hygiène ou une injection mal réalisée. 

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page