Santé

Verrue séborrhéique : la reconnaître, la traiter

 La kératose séborrhéique est le terme médical de la verrue séborrhéique.

« Il s’agit d’une lésion bénigne », rassure Dermato Drey.

© D.R.

Grain de beauté ou verrue ?

La kératose séborrhéique peut, effectivement, faire penser à un grain de beauté… mais ce n’en est pas un ! « Il s‘agit d’une lésion en relief, rugueuse au toucher », détaille la spécialiste.

Verrue séborrhéique : une couleur marron

« La verrue séborrhéique est marron foncé en raison de l’accumulation de mélanine, détaille la spécialiste. Elle peut également être incrustée de petits points noirs, sortes de microkystes. »

Verrue séborrhéique vue à la loupe avec des points noirs

© DR

Quelles sont les causes d’une verrue séborrhéique ?

 Il n’y a pas de causes précises à l’apparition de ces lésions bénignes. Toutefois, « on retrouve des facteurs génétiques et des facteurs ethniques, notamment pour les peaux métisses, d’origine antillaise, au niveau des pommettes », explique Dermato Drey.

La verrue séborrhéique gratte-t-elle ?

Lors de l’apparition d’une verrue séborrhéique, on peut ressentir des démangeaisons et ressentir le besoin de se gratter.

« Le grattage peut détacher une partie de la kératose, prévient la spécialiste. C’est alors une bonne raison pour la retirer. »

Qui touche-t-elle ?

 La verrue séborrhéique (ou kératose séborrhéique) touche autant les femmes que les hommes, beaucoup plus rarement les enfants.

« Elles peuvent apparaître dès l’âge de 20 ans, et à partir de l’âge de 50 ans, tout le monde en a ! », rassure Dermato Drey.

Et plus on vieillit, plus ses taches brunes (appelées également ‘fleurs de cimetière’) sont nombreuses.

Sur le tronc, le visage, le cuir chevelu

« Le plus fréquemment, les kératoses séborrhéiques se situent au niveau du tronc, précise la spécialiste. Elles peuvent également se développer sur le visage et sur le cuir chevelu. En revanche, ses taches brunes sont plus rares sur les bras et les jambes. »

Verrue séborrhéique : faut-il consulter ?

 Bien que ce soit une tumeur bénigne, par sécurité, devant l’apparition d’une nouvelle lésion sur la peau qui semblerait atypique (asymétrique, bicolore ou d’augmentation progressive), il est conseillé de consulter son médecin généraliste ou un dermatologue. Ce dernier examinera la ou les lésions, posera son diagnostic et décidera du traitement à mettre en place.

 Avant toute chose, cette lésion bénigne n’ayant pas de risque de dégénérer en mélanome, on peut garder une verrue séborrhéique.

«Toutefois, elle peut être retirer lorsqu’il existe une gêne esthétique », précise la spécialiste.

Trois techniques peuvent être utilisées pour retirer une verrue séborrhéique.

La cryothérapie : retirer la verrue à l’azote liquide

La (ou les) verrue séborrhéique peut être brûler à l’azote liquide ou cryothérapie. « Il s’agit d’une intervention très rapide, environ une minute », explique la dermatologue. Ce geste ne nécessite pas d’anesthésie. « La brûlure à l’azote liquide va entraîner la formation d’une croûte qui tombera en une quinzaine de jours », complète la spécialiste. La cicatrisation sera optimisée par l’application d’une crème cicatrisante. En raison du risque d’hyperpigmentation de la cicatrice, il est déconseillé de réaliser cette intervention en été. « Choisissez plutôt de prendre rendez-vous en automne ou en hiver », conseille Dermato Drey.

Le laser chirurgical CO2 sous anesthésie locale

 Les kératoses séborrhéiques peuvent également se retirer au laser. Cette technique peut être réalisée au cabinet médical ou dans un centre laser. « Le traitement est un peu plus long, prévient la dermatologue. Il faut compter quelques minutes. Et il est préférable d’avoir appliqué, auparavant, une crème anesthésiante permettant d’insensibiliser la zone cutanée à traiter sur quelques millimètres. »

Comme pour la cryothérapie, une croûte se formera et se détachera en deux semaines environ. Là aussi, la cicatrisation sera optimisée par l’application quotidienne d’une crème cicatrisante.

Une intervention chirurgicale pour biopsie

Il peut arriver que le médecin ait un doute d’identification de la lésion : kératose séborrhéique ou mélanome ? Dans ce cas, il peut préférer réaliser une petite intervention chirurgicale. « Cela permettra d’analyser la lésion en l’adressant au laboratoire d’anatomo-pathologie », informe Dermato Drey.

Cette intervention peut être réalisée au cabinet médical sous anesthésie locale. Le patient devra ensuite désinfecter la plaie et la protéger par un pansement. Un deuxième rendez-vous médical sera pris quinze jours plus tard.

Quelle prise en charge ?

Retirer une kératose séborrhéique est considéré comme un acte esthétique. « Il n’y a donc pas de prise en charge par l’Assurance maladie, prévient la dermatologue. Excepté si la verrue a fait l’objet d’une intervention chirurgicale avec analyse anatomo-pathologique. »

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page