Chronique. Le grand pardon


La réintégration, en équipe nationale, des «bannis» est à même de conférer une certaine légitimité au nouveau patron des Lions de l’Atlas. Il n’est pas aventureux d’avancer que cela met du baume au cœur.
Continuer la lecture

Quitter la version mobile