La mission exploratoire livre ses recommandations

La Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants a présenté, mardi 4 avril, le rapport de la Mission exploratoire temporaire chargée de s’enquérir de la distribution et de la commercialisation des produits agricoles, en présence du ministre de l’Agriculture, Mohammed Sadiki, et du ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour. 

La réunion, consacrée à la discussion de ce rapport, a été le théâtre d’affrontements entre les membres de la commission en raison de la tentative de celle-ci de programmer la présentation et la discussion du rapport en même temps, ce qui a été contesté par certains groupes d’opposition et de la majorité.

Les députés ont exigé qu’on leur accorde suffisamment de temps pour examiner les détails du rapport, qui contenait environ 80 pages, vu qu’aucune copie du rapport ne leur a été envoyée au préalable, en raison, entre autres, du caractère « secret » du rapport et le fonctionnement de la mission exploratoire.

Lors de la présentation des recommandations du rapport obtenu par Hespress, et sur la base des données et observations sur lesquelles se sont arrêtés les députés, la mission exploratoire temporaire a recommandé l’adoption d’une nouvelle loi réglementant la création et la gestion des marchés de gros et des bourses au Maroc, avec la publication de textes réglementaires clarifiant leurs dispositifs internes, les conditions d’intervention des acteurs dans le processus de commercialisation, et les modalités de paiement des redevances pour y accéder.

La mission exploratoire a également recommandé dans son rapport la nécessité d’adopter une nouvelle loi qui impose l’entrée de tous les produits agricoles sur les marchés de gros, qui contrôle la commercialisation et de la distribution de ces produits et l’intervention d’intermédiaires dans les étapes de commercialisation, en plus de l’élargissement des compétences de l’institution indépendante de contrôle et de coordination des exportations avec sa restructuration pour inclure la tâche d’organiser le secteur des produits agricoles destinés à la commercialisation intérieure ainsi que ceux destinés à l’exportation, ou la création d’un nouvel inter- organe ministériel placé sous la tutelle du chef du gouvernement, chargé d’organiser la commercialisation intérieure des produits alimentaires.

Aussi, le même document souligne la nécessité de modifier et d’actualiser la loi de 1962, relatif à l’attribution des charges de mandataires des marchés de gros des communes urbaines, afin qu’elle soit adéquate avec les changements des opérations de commercialisation qui ne sont plus comprises par la loi, et de créer un cadre légal pour les produits périssables afin de garantir la qualité des produits agricoles et la sécurité sanitaire.7

En ce qui concerne l’état et la structuration des espaces de commercialisation et de distribution des produits agricoles, la mission exploratoire temporaire a recommandé la création d’une bourse pour les différents produits agricoles dans toutes les régions dans le but d’accompagner, proposer et suivre leurs prix au niveau des différentes étapes d’approvisionnement, à travers des plateformes dédiées à la commercialisation des produits agricoles qui permettent aux producteurs, commerçants et consommateurs de connaître la qualité et le prix des produits.

La mission a également recommandé de restructurer et de moderniser les marchés de gros des légumes et des fruits en la transformant en des marchés modèles, ainsi qu’aller vers l’adoption de mécanismes de gouvernance dans le fonctionnement des marchés modèles selon une approche participative, et d’œuvrer à la redistribution des marchés de gros des légumes et des fruits et les marchés hebdomadaires en examinant leur répartition proportionnelle aux groupes de population et veiller à ce que les citoyens soient approvisionnés de manière organisée et équilibrée en tous les produits agricoles à travers les différentes régions.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile