ActualiteChallenge

Le Maroc, 33e destination où la Chine devrait investir le plus durant la prochaine décennie [Rapport]

Le Maroc a grimpé de 27 crans en une décennie dans l’indice China Going Global Investment Index 2023 de The Economist Intelligence Unit (EIU), se classant au 33e rang des destinations les plus attractives pour les investisseurs chinois dans le monde.

Publiée récemment, l’édition 2023 de l’indice China Going Global Investment Index classe 80 économies selon près de 200 indicateurs afin d’identifier les opportunités et les risques pour les entreprises et les investisseurs chinois cherchant à se développer à l’échelle mondiale. Le Maroc occupait la 60e position dans l’édition 2013 de l’indice. 

 Une décennie après le lancement de l’Initiative la Ceinture et la Route (BRI) de Xi Jinping en 2013, les entreprises chinoises sont devenues de formidables investisseurs à l’échelle mondiale, et le flux d’investissements étrangers devrait augmenter au cours de la prochaine décennie.  Le rapport de l’EIU explore les destinations d’investissement les plus attractives pour les investisseurs chinois et identifie les économies présentant un risque opérationnel et financier élevé et un refroidissement des relations bilatérales avec la Chine.

Lire aussi | Tana Africa Capital quitte le réseau d’écoles marocain d’International Education Group, cofondé avec Elalamy

L’EIU prévoit que la Chine retrouvera sa position de deuxième source d’investissement direct à l’étranger (ODI) d’ici 2024. Singapour est en tête du classement 2023 des destinations les plus attractives pour les investisseurs chinois. « Son attrait réside dans son statut de centre d’affaires mondial établi, ses liens culturels avec la Chine et sa neutralité dans les tensions entre la Chine et l’Occident », peut-on lire dans le rapport.

L’Indonésie arrive en deuxième position car l’attractivité du pays vient de ses réserves de nickel, de sa main d’œuvre abondante et bon marché et de la vaste taille de son marché. Viennent ensuite la Malaisie (3e), Hong Kong (4e), la Thaïlande (5e), le Vietnam (6e), la Suisse (7e), les Émirats arabes unis (8e), l’Arabie saoudite (9e) et le Chili (10e).

Lire aussi | Le marocain Urbagec remporte haut la main le marché de construction du nouveau Centre Hospitalier de Béni Mellal

Douze pays africains, dont l’Afrique du Sud, l’Egypte, le Maroc et le Nigeria, figurent parmi ces 80 destinations d’investissement les plus attractives pour les entreprises chinoises durant la prochaine décennie. Cette deuxième édition de ce rapport après celle publiée en 2013 montre que l’Afrique du Sud sera le pays du continent le plus attractif pour les investisseurs de l’Empire du Milieu durant les dix années à venir. Ce pays arrive à la 13è position dans ce classement. Il a ainsi gagné 36 rangs par rapport à l’édition 2013 du rapport.  Il est suivi par l’Egypte (17è sur un total de 80 pays) qui a gagné 34 rangs comparativement à 2013. Sur cette échelle africaine, le Maroc (33è sur un total de 80 pays) qui a engrangé 27 rangs, arrive en 3ème position dans le classement des pays africains les plus attractifs pour les compagnies chinoises, devant l’Algérie (38è), la Tanzanie (42è), l’Angola (53è), le Nigeria (56è), l’Ethiopie (58è), la Zambie (63è), la République démocratique du Congo (67è), le Kenya (68è) et la République du Congo (76è).

A noter que pour identifier les pays qui auront les faveurs des investisseurs originaires de l’empire du Milieu durant les dix prochaines années (2024-2033), le rapport s’est basé sur 200 indicateurs répartis sur deux grands piliers : les opportunités et les risques.  Le pilier opportunités regroupe quatre catégories : le potentiel du marché (PIB nominal, taille de la population, PIB par habitant, taux de croissance démographique, etc.) ;  les ressources naturelles (réserves pétrolières et gazières, superficie des terres arables, réserves en minerais, etc.) ; les performances des chaînes d’approvisionnement (infrastructures, contribution du secteur industriel au PIB, prix de l’électricité, etc.) ; et le niveau de développement de la technologie et de l’innovation (dépenses dans la recherche & développement, demandes de brevets, espérance de vie scolaire, etc.).   

Lire aussi | Maroc-France. Quand il n’y a plus d’amour…

Le pilier risques regroupe deux catégories : les relations bilatérales avec la Chine (historique des conflits avec Pékin, degré de maîtrise de la langue chinoise, adhésion à l’initiative Nouvelles routes de la soie, etc.) ; et les risques opérationnels et financiers pour les investisseurs étrangers (niveau de stabilité politique, risques sécuritaires, profil du risque souverain, etc.). 

Tous les indicateurs ont été compilés pour dégager un score pour chaque catégorie, avant d’agréger les scores des diverses catégories pour former des scores pour chacun des deux piliers (opportunités et risques). Enfin, les scores de ces deux piliers ont été combinés et pondérés l’un et l’autre à 50% pour générer un score global pour chaque destination d’investissement.

Intitulé « China Going Global Investment Index 2023- The Belt and Road Initiative’s second decade », le rapport précise que la plupart des pays africains figurant dans le classement réalisent leurs meilleures performances dans la catégorie « potentiel du marché » au regard de l’importante taille de leur population, tout en notant que le potentiel des marchés africains sera plus prononcé à la fin des années 2020, grâce notamment à l’amélioration des revenus des ménages et à l’entrée en vigueur de la zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf). 

Lire aussi | Fraude et factures fictives. Nouveau verrou dans le Code général des impôts

Sept pays du continent figurent en effet dans le Top 20 des pays ayant le meilleur potentiel du marché (Egypte, Ethiopie, Nigeria, RD Congo, Angola, Kenya et Tanzanie). 

Aucun pays africain ne figure en revanche dans le Top 20 des pays où les technologies & l’innovation sont les plus développées, alors que trois pays du continent seulement figurent cependant dans le Top 20 mondial des pays ayant les chaînes d’approvisionnement les plus performantes : l’Egypte, le Maroc et l’Afrique du Sud.  A ce niveau, le Royaume se classe au huitième rang des destinations les plus attractives pour les investissements dans le développement de la chaîne d’approvisionnement. Ce sous-classement évalue la compétitivité des différentes destinations d’investissement en tant que nœuds clés de la chaîne d’approvisionnement des fabricants chinois.


Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page