Les professionnels pour un équilibre entre les exportations et l’approvisionnement du marché national – Aujourd’hui le Maroc

Les professionnels du secteur agricole ont mis en avant, vendredi à Rabat, la nécessité de maintenir un équilibre entre les exportations et l’approvisionnement du marché national, dans le cadre des efforts déployés pour assurer la baisse des prix des produits agricoles et augmenter le niveau d’approvisionnement permanent du marché interne.

S’exprimant en marge d’une série de réunions tenues par le Chef du gouvernement avec les représentants de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (Comader), de la Fédération interprofessionnelle marocaine de production et d’exportation des Fruits et Légumes (FIFEL) et les présidents des Chambres agricoles, les professionnels ont relevé l’impératif de trouver les mécanismes nécessaires pour faciliter le retour des prix des produits agricoles à des niveaux plus bas, tout en veillant à préserver l’image du Maroc au niveau international à travers ses exportations.

A ce titre, le président de la Chambre d’agriculture de Souss Massa, Youssef Jebha, a appelé à l’adhésion des producteurs et toutes les parties prenantes pour trouver une solution à cette problématique et prendre toutes les mesures nécessaires pour atteindre un niveau de prix « raisonnable ».

Jebha a, en outre, noté qu’avec l’arrivée du mois de Ramadan en période hivernale, il est important de mettre en place des solutions qui seront valables à la fois pour le présent et le futur.

Pour sa part, le président de la Comader, Rachid Benali, a souligné que la problématique de l’approvisionnement et de la hausse des prix des produits agricoles tire ses origines notamment des changements climatiques, du stress hydrique, de la crise géopolitique, du problème du financement, ainsi que de la multiplicité des intermédiaires et spéculateurs.

Et de poursuivre: « Ceci a largement impacté, non pas uniquement les consommateurs, mais aussi les agriculteurs qui ont vu leur productivité et gains baisser ».

De son côté, le président de la FIFEL, Lahoucine Adardour, a mis en relief les problématiques importantes qui entravent la production des tomates et des autres légumes, en l’occurrence la sécheresse, le stress hydrique et les températures difficiles à prévoir, soulignant la nécessité de préserver la place du Maroc sur le marché international en préservant ses exportations.

Il a, dans ce sens, salué, l’initiative du Chef du gouvernement pour avoir organisé cette rencontre qui se veut l’occasion de « répondre aux problématiques actuelles du secteur notamment en ce mois de Ramadan ».

Le président de la Fédération interprofessionnelle des agrumes, M’hamed El-Oultiti, a mis en exergue, quant à lui, l’importance de ce genre de réunions pour trouver des solutions aux problématiques actuelles, notamment celle de la hausse des prix des produits agricoles, soulignant l’importance d’une collaboration étroite entre le gouvernement et les professionnels du domaine pour atteindre l’objectif visé.

Tenue en présence de la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah, du ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts, Mohamed Sadiki, et du ministre délégué auprès du ministre de l’Economie et des Finances, chargé du Budget, Fouzi Lekjaa, cette série de réunions a été consacrée à l’examen des moyens de rétablissement de l’équilibre des chaines de production dans le cadre de la stratégie « Génération Green », lesquelles ont été impactées par la hausse des prix des intrants agricoles, la sécheresse, ainsi que par les répercussions de la pandémie du Covid-19 et celles de la guerre en Ukraine.

Il s’agit également de l’occasion d’examiner les moyens à même d’assurer la baisse des prix des produits agricoles et d’augmenter le niveau d’approvisionnement permanent du marché national.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile