La réforme de la santé au sommet de l’agenda gouvernemental 

Par Zahira Bechari

Le Chef du gouvernement Aziz Akhannouch a pris en charge la réforme du système de la santé en présidant une réunion ce mardi 11 avril à Rabat, consacrée au suivi de la mise en œuvre de la réforme du système en question, qui il faut le dire polarise une très grande attention de l’exécutif.

Le secteur de la santé, fortement impacté par la pandémie du Covid-19 a enregistré des retombées négatif quant à la prise en charge des préoccupations des populations. Cependant, elle a accentué les inégalités sociales existantes et mis en évidence l’importance d’un système de santé efficace et résilient pour la protection de la population, en particulier, les populations les plus défavorisées. Lors de sa réunion avec les acteurs sur la réforme de la santé, le Chef du gouvernement a exhorté les services en charge de la modernisation du système de santé à intensifier leurs efforts pour concrétiser tous les volets de la réforme.

En présence du ministre de la Santé,  de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, ainsi que du ministre délégué chargé du Budget, tous les contours ont été abordés afin d’accélérer la mise en œuvre de cette réforme . Ainsi, le chef de gouvernement a salué les avancées positives réalisées par les différents programmes relatifs à la réforme du système de santé.
Il a également appelé les départements concernés à accélérer la mise en œuvre de tous les axes de la réforme, basée sur quatre piliers principaux : le renforcement de la gouvernance hospitalière, la valorisation des ressources humaines, la mise à niveau de l’offre de santé et la digitalisation du système national de santé.

Le communiqué de presse publié à l’issue de la réunion précise que M. Akhannouch a particulièrement salué les réalisations au niveau de la valorisation et de la motivation des ressources humaines, de la réforme du système de formation des cadres de la santé et de l’achèvement prochain de la première tranche du programme de mise à niveau des centres de santé, portant sur 450 centres.
Il a également souligné que les projets de création de facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire programmés à Errachidia, Beni Mellal et Guelmim avancent bien, en respectant les échéances fixées. Ces projets sont de nature à offrir des espaces attractifs pour les cadres de santé originaires de ces régions, contribuant ainsi à traiter le déficit en médecins au niveau des « déserts médicaux ».

En somme, cette réunion de suivi a permis de faire le point sur les avancées et les réalisations de la réforme du système de santé, ainsi que de souligner la nécessité d’accélérer sa mise en œuvre pour répondre aux besoins des citoyens marocains en matière de santé.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile