Mohammed El Gerroujis à la tête de l’Agence nationale de régulation des activités cannabiques

Mohammed El Gerroujis, l’ancien gouverneur de la province d’El Jadida, a un nouveau poste. Il a récemment été nommé à la tête de l’Agence nationale de régulation des activités cannabiques (ANRAC) par le Conseil de gouvernement. Une tâche qui ne sera pas facile même pour quelqu’un qui connaît le sujet.

Le rendez-vous était très attendu. Après le processus législatif accéléré et la nomination du premier conseil d’administration, l’Agence nationale de régulation des activités cannabiques (ANRAC) a attendu de voir qui reprendrait le poste de directeur.

Le 29 septembre 2022, le gouvernement a confirmé la nomination de Mohammed El Guerrouj au poste de directeur général de l’ANRAC. L’ingénieur de formation en sciences agronomiques et ancien gouverneur de la province d’El Jadida doit diriger les futures du cannabis. Il existe une certaine incertitude quant à savoir si M. El Gerroujis assumera le poste de manière temporaire ou permanente. L’homme de 54 ans connaît probablement bien l’environnement de ses nouvelles tâches. Il était l’ancien directeur général de l’Agence de développement agricole (ADA) jusqu’à sa nomination au poste de gouverneur.

Culture de cannabis légalisée pour la recherche et l’industrie

Mohammed El Guerrouj sera désormais responsable de la mise en œuvre de la stratégie marocaine, qui vise à libérer le potentiel de culture, de production, de transformation, de commercialisation et d’exportation de produits à base de cannabis à des fins médicinales, pharmaceutiques et industrielles pleinement exploité, selon sa description de poste.

Lire aussi: Le Maroc dispose d’énormes potentiels en matière de cannabis médical

Entre 2007 et 2009, Mohammed El Gerrouj a été chef de cabinet de Nizar Baraka, alors ministre des Affaires générales et économiques. Il a échangé ce poste, qui relevait directement du Département, pour celui de l’ADA, où il a continué à gravir les échelons jusqu’à ce qu’il assume le poste de gouverneur en 2013.

La légalisation de la culture du cannabis a également une dimension sociale

Depuis plus d’une décennie, la légalisation contrôlée de la culture du cannabis fait débat au Maroc, mais aussi dans d’autres pays producteurs. Alors que les seigneurs de la drogue se sont enrichi des produits à base de cannabis qui sont populaires et demandés, en particulier en Europe, les agriculteurs vivaient dans la pauvreté et la souffrance. Fondamentalement, la culture du cannabis au Maroc était illégale et les agriculteurs, qui n’avaient souvent pas d’autres options de culture sur leur sol aride et rocailleux dans les montagnes du Rif, étaient donc exposés au chantage et économiquement dépendants des barons de la drogue. Dans le même temps, les autorités locales ont pu faire pression sur eux. Les gains étaient faibles.

Le royaume a initié la légalisation contrôlée de la culture du cannabis sous l’ancien gouvernement El Othmani. Par exemple, des licences pour la culture des plantes peuvent être délivrées pour certaines régions. Les agriculteurs et les intermédiaires sont soumis à des contrôles stricts et doivent collecter des données traçables sur les quantités cultivées et récoltées. Parallèlement, les produits ne peuvent être commercialisés que par les circuits agréés par ladite agence. En principe, la culture en dehors des régions et zones agréées et sans permis reste illégale, et la distribution/vente sans permis et la consommation continueront d’être poursuivies et légalement sanctionnées. Pour de nombreux agriculteurs et leurs familles, cependant, cela pourrait devenir une voie vers la légalité. Dans le même temps, l’industrie pharmaceutique marocaine en plein développement sent bon le business.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile