La République tchèque soutient le plan d’autonomie du Maroc

La République tchèque considère la proposition du Maroc concernant le plan d’autonomie au Sahara, présenté en 2007, comme un effort sérieux et crédible du pays et comme un «bonne base» pour la résolution du différend régional. Cette position a été exprimée dans la Déclaration conjointe signée, jeudi à Prague, par le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita, ainsi que son homologue tchèque, Jan Lipavský.

Dans cette déclaration, les deux parties ont par ailleurs affirmé leur soutien à l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies, Staffan de Mistura, et à ses efforts pour faire avancer le processus politique basé sur les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU. Nasser Bourita, qui effectue une visite officielle en République tchèque, et Lipavský, ont également réaffirmé leur soutien à la MINURSO.

Outre la question du Sahara, cette déclaration conjointe a porté sur différents points à même de renforcer la coopération bilatérale et régionale. Ainsi, les deux pays ont souligné l’importance d’approfondir des relations historiques qui les lient, tout en marquant leur volonté commune de «renforcer davantage l’excellent partenariat» entre eux. Dans ce sens, les deux homologues ont exprimé leur intention de poursuivre le dialogue et la coopération dans tous les domaines.

Par ailleurs, Bourita et Lipavský se sont félicités de l’augmentation des échanges commerciaux entre leurs deux pays, d’autant que les investissements des entreprises tchèques au Maroc ont connu une évolution positive, ces dernières années. Promouvoir l’échange de visites, notamment les missions économiques à même d’approfondir la coopération économique, est ainsi un autre point sur lequel a porté la déclaration conjointe.

Sur le plan plus large de la coopération européenne, les deux parties ont réaffirmé leur «soutien et engagement à renforcer le partenariat stratégique» entre le Maroc et l’Union Européenne (UE). Aussi, les deux parties «reconnaissent l’importance de la coopération UE-Maroc pour faire face conjointement aux défis mondiaux et régionaux actuels, particulièrement en termes de sécurité, de stabilité, de migration et de développement socio-économique et humain», indique la déclaration. 


Continuer la lecture

Quitter la version mobile