ActualiteChallenge

Zoom sur les chiffres du secteur des assurances au premier semestre 2023

[ad_1]

Découvrez les statistiques du secteur des assurances au Maroc pour le premier semestre 2023 : des chiffres révélateurs d’une évolution mixte entre l’assurance vie et l’assurance non-vie. Les hausses dans certaines branches contrastent avec les baisses dans d’autres, soulignant les défis auxquels le secteur est confronté et les perspectives d’adaptation nécessaires.

L’Agence marocaine de contrôle des assurances et de la réassurance (ACAPS) vient de divulguer les statistiques du secteur des assurances et de la réassurance pour le premier semestre de l’exercice 2023. Les chiffres révèlent une évolution mixte de l’activité pour les entreprises d’assurances, avec des hausses significatives dans certaines branches et des baisses dans d’autres.

Les primes totales avec acceptations ont connu une augmentation de 3,7% pour atteindre 31 milliards de dirhams (MMDH). Parallèlement, les primes directes ont également enregistré une hausse de 3,7% pour atteindre 30,6 MMDH. Toutefois, le secteur de l’assurance vie a connu une contraction, avec des baisses de 1,9% tant pour les primes avec acceptations que pour les primes directes, qui se sont élevées à 13,1 MMDH.

Lire aussi | Attijariwafa bank intéressé par le rachat d’une banque tunisienne

En revanche, le secteur de l’assurance non-vie a affiché une croissance solide, avec des augmentations de 8,3% pour les primes avec acceptations (17,9 MMDH) et de 8,3% pour les primes directes (17,5 MMDH). Cette performance positive peut être attribuée en partie à la hausse des primes dans des domaines tels que l’automobile, l’incendie, les risques techniques et l’assistance-crédit-caution.

L’assurance non-vie domine avec 58% des primes, l’automobile en tête

Une analyse plus détaillée des branches d’activité révèle que l’assurance vie représente 42% de la structure globale des primes, tandis que l’assurance non-vie contribue à hauteur de 58%. Parmi les branches spécifiques de l’assurance non-vie, l’automobile est la plus importante, représentant une part significative des primes.

Il convient également de noter que certaines branches ont enregistré des performances contrastées. Par exemple, les primes d’épargne-supports unités de compte ont subi une baisse notable de 35,8%, tandis que les primes liées aux événements catastrophiques ont augmenté de 3,6%. De même, les primes d’assurance décès ont connu une augmentation de 3,5%.

Les défis et perspectives

Ces statistiques reflètent les défis auxquels le secteur des assurances est confronté au Maroc. La baisse des primes dans l’assurance vie peut être attribuée à divers facteurs tels que la concurrence accrue sur le marché et les préoccupations des consommateurs quant aux produits d’épargne. En revanche, la croissance des primes dans l’assurance non-vie est probablement stimulée par une demande croissante de couverture dans des domaines tels que l’automobile et les risques techniques.

Lire aussi | Assemblées FMI-BM. L’accroissement de la dette menace la réduction de la pauvreté et les objectifs du « Net Zero »

Dans l’ensemble, ces chiffres soulignent l’importance de surveiller attentivement l’évolution du secteur des assurances au Maroc. Les entreprises du secteur devront continuer à s’adapter aux changements de comportement des consommateurs et à l’émergence de nouveaux risques. Les autorités réglementaires et les acteurs du marché devront collaborer pour promouvoir une croissance durable et garantir la protection des consommateurs dans un environnement économique en constante évolution.


Continuer la lecture

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page