Le prix Nobel de la paix 2022 est décerné à Ales Bialiatski et le Center for Civil Liberties

Le prix Nobel de la paix 2022 est décerné au défenseur des droits humains Ales Bialiatski de Biélorussie, à l’organisation russe de défense des droits humains Memorial et à l’organisation ukrainienne de défense des droits humains Center for Civil Liberties .

Le comité Nobel norvégien a décidé d’attribuer le prix Nobel de la paix 2022 à une personne et à deux organisations.

Les lauréats du Prix de la paix représentent la société civile de leur pays d’origine. Ils ont promu pendant de nombreuses années le droit de critiquer le pouvoir et de protéger les droits fondamentaux des citoyens. Ils ont fait un effort remarquable pour documenter les crimes de guerre, les violations des droits de l’homme et les abus de pouvoir. Ensemble, ils démontrent l’importance de la société civile pour la paix et la démocratie.

Le prix de la paix de cette année est décerné au défenseur des droits humains Ales Bialiatski de Biélorussie, à l’organisation russe de défense des droits humains Memorial et à l’organisation ukrainienne de défense des droits humains Center for Civil Liberties.

Ales Bialiatski a été l’un des initiateurs du mouvement démocratique qui a émergé en Biélorussie au milieu des années 1980. Il a consacré sa vie à promouvoir la démocratie et le développement pacifique dans son pays d’origine. Entre autres choses, il a fondé l’organisation Viasna (Printemps) en 1996 en réponse aux amendements constitutionnels controversés qui ont donné au président des pouvoirs dictatoriaux et qui ont déclenché de vastes manifestations. Viasna a apporté son soutien aux manifestants emprisonnés et à leurs familles. Dans les années qui ont suivi, Viasna est devenue une organisation de défense des droits humains à large assise qui a documenté et protesté contre l’utilisation de la torture par les autorités contre les prisonniers politiques.

Lire aussi : Annie Ernaux prix Nobel de littérature 2022

Les autorités gouvernementales ont cherché à plusieurs reprises à faire taire Ales Bialiatski. Il a été emprisonné de 2011 à 2014. Suite à des manifestations de grande ampleur contre le régime en 2020, il a de nouveau été arrêté. Il est toujours détenu sans jugement. Malgré d’énormes difficultés personnelles, M. Bialiatski n’a pas cédé d’un pouce dans son combat pour les droits de l’homme et la démocratie en Biélorussie.

L’organisation de défense des droits humains Memorial a été créée en 1987 par des militants des droits humains de l’ex-Union soviétique qui souhaitaient s’assurer que les victimes de l’oppression du régime communiste ne seraient jamais oubliées. Le lauréat du prix Nobel de la paix Andrei Sakharov et l’avocate des droits de l’homme Svetlana Gannushkina figuraient parmi les fondateurs. Memorial est basé sur l’idée d’affronter les crimes passés est essentiel pour en prévenir de nouveaux.

Après l’effondrement de l’Union soviétique, Memorial est devenu la plus grande organisation de défense des droits de l’homme en Russie. En plus d’établir un centre de documentation sur les victimes de l’ère stalinienne, Memorial a compilé et systématisé des informations sur l’oppression politique et les violations des droits de l’homme en Russie. Memorial est devenu la source d’information la plus fiable sur les prisonniers politiques dans les centres de détention russes. L’organisation a également été à l’avant-garde des efforts de lutte contre le militarisme et de promotion des droits de l’homme et d’un gouvernement fondé sur l’État de droit.

Lorsque la société civile doit céder la place à l’autocratie et à la dictature, la paix est souvent la prochaine victime. Pendant les guerres tchétchènes, Memorial a recueilli et vérifié des informations sur les abus et les crimes de guerre perpétrés contre la population civile par les forces russes et pro-russes. En 2009, la responsable de la filiale de Memorial en Tchétchénie, Natalia Estemirova, a été tuée à cause de ce travail.

Les acteurs de la société civile en Russie font l’objet de menaces, d’emprisonnements, de disparitions et d’assassinats depuis de nombreuses années. Dans le cadre du harcèlement de Memorial par le gouvernement, l’organisation a très tôt été qualifiée d’« agent étranger ». En décembre 2021, les autorités ont décidé que Memorial devait être liquidé par la force et que le centre de documentation devait être définitivement fermé. Les fermetures sont devenues effectives dans les mois suivants, mais les gens derrière Memorial refusent d’être fermés. Dans un commentaire sur la dissolution forcée, le président Yan Rachinsky a déclaré : « Personne ne prévoit d’abandonner ».

Le Centre pour les libertés civiles a été fondé à Kyiv en 2007 dans le but de faire progresser les droits de l’homme et la démocratie en Ukraine. Le centre a pris position pour renforcer la société civile ukrainienne et faire pression sur les autorités pour faire de l’Ukraine une démocratie à part entière. Pour faire de l’Ukraine un État de droit, le Centre pour les libertés civiles a activement plaidé en faveur de l’affiliation de l’Ukraine à la Cour pénale internationale.

Après l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022, le Centre pour les libertés civiles s’est engagé dans des efforts pour identifier et documenter les crimes de guerre russes contre la population civile ukrainienne. En collaboration avec des partenaires internationaux, le centre joue un rôle de pionnier en vue de tenir les coupables responsables de leurs crimes.

En décernant le prix Nobel de la paix pour 2022 à Ales Bialiatski, Memorial et le Centre pour les libertés civiles, le Comité Nobel norvégien souhaite honorer trois défenseurs exceptionnels des droits de l’homme, de la démocratie et de la coexistence pacifique dans les pays voisins, la Biélorussie, la Russie et l’Ukraine. Grâce à leurs efforts constants en faveur des valeurs humanistes, de l’antimilitarisme et des principes du droit, les lauréats de cette année ont revitalisé et honoré la vision d’Alfred Nobel de la paix et de la fraternité entre les nations – une vision dont le monde a le plus besoin aujourd’hui.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile