les États-Unis surclassent la France

Le Maroc a été l’un des premiers pays à reconnaître les États-Unis nouvellement indépendants, ouvrant ses ports aux navires américains par décret du sultan Mohammed III en 1777. Le Maroc a officiellement reconnu les États-Unis en signant un traité de paix et d’amitié en 1786, un document qui reste la plus longue relation ininterrompue de l’histoire des États-Unis. Des relations diplomatiques complètes ont commencé en 1905. Cette longue tradition s’est traduite par plusieurs accords commerciaux entre Rabat et Washington. Aujourd’hui ces accords ont propulsé les États-Unis, qui se classent au premier rang devant la France comme le premier pays à envoyer des IDE au Maroc.

En 2006, le Maroc a conclu un accord de libre-échange (ALE) avec les États-Unis. Depuis son entrée en vigueur, les exportations marocaines vers les États-Unis ont plus que doublé et les exportations américaines vers le Maroc ont plus que quadruplé. De 2005 à 2019, la valeur totale des marchandises marocaines exportées vers les États-Unis est passée de 4 milliards de dirhams à 16 milliards de dollars, et les exportations américaines vers le Maroc sont passées de plus de 4 milliards de dirhams à 34 milliards de dirhams.

Les investissements américains réalisés au Maroc au cours du premier semestre 2022 ont atteint plus  6 milliards de dirhams, selon les données de l’Office des changes.

Ainsi, les États-Unis se classent au premier rang devant la France, qui a longtemps été le premier pays à envoyer des IDE au Maroc.

Les investissements français ont totalisé un flux d’environ 3,78 milliards de dirhams, en baisse par rapport aux chiffres de 2021 au cours desquels les IDE français avaient atteint 5,98 milliards de dirhams.

Les données révèlent également une baisse des IDE en provenance de la Grande-Bretagne, tandis que les Pays-Bas se classent au cinquième rang avec un flux de 673 millions de dirhams, alors qu’en 2021 il était d’environ 1 670 millions de dirhams.

Les IDE de l’Espagne se sont élevés à 353 millions de dirhams contre 464 millions de dirhams en 2021 et ceux de l’Irlande ont vu leur flux se redresser, passant de 184 millions de dirhams en 2021 à 314 millions de dirhams au premier semestre 2022.

Au total, les flux d’IDE, de l’ordre de 16,19 milliards de dirhams, ont augmenté de 89% au premier semestre, se consolidant à 7,62 milliards de dirhams par rapport à la même période de l’année précédente.

La répartition de ces IDE par secteur attribue la majorité aux industries manufacturières qui captent à elles seules 7,56 milliards de dirhams de flux contre 3,33 milliards de dirhams en 2021.

L’activité immobilière occupe la deuxième place avec des flux de 2,22 milliards de dirhams contre 5,22 milliards de dirhams en 2021, selon la même source.

Le flux net des IDE dans le commerce, la réparation automobile et moto a atteint près de 760 millions de dirhams à fin juin 2022, alors qu’en 2021 il avoisinait les 1 340 millions de dirhams.


Continuer la lecture

Quitter la version mobile