L’expérience marocaine mise en avant à Dakar – Aujourd’hui le Maroc

Aziz Akhannouch a mis en avant la politique publique importante dans le secteur agricole en évoquant, à cet égard, le rôle joué par le Plan Maroc Vert et la nouvelle stratégie «Génération Green».

Sommet.»
Intervenant à un panel de haut niveau à l’occasion du Sommet Dakar 2 sur la souveraineté alimentaire, le chef de gouvernement Aziz Akhannouch a mis en exergue les avancées notables réalisées par le Maroc sur le plan agricole et ce grâce aux visions engagées sous l’impulsion et le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI.

Le président de la République du Sénégal, Macky Sall a reçu, mercredi à Diamniadio, le chef de gouvernement, Aziz Akhannouch, porteur d’un message de Sa Majesté le Roi Mohammed VI. Cette rencontre intervient en marge de la participation du Maroc aux travaux du Sommet Dakar 2 sur la souveraineté alimentaire portant sous le thème « Nourrir l’Afrique : souveraineté alimentaire et résilience ». Cet événement qui se poursuit jusqu’au 27 janvier vise en effet à réunir les gouvernements, le secteur privé, les organisations multilatérales, les ONG et les scientifiques pour relever le défi croissant de la sécurité alimentaire en Afrique. Le Sommet a été en effet une occasion pour partager l’expérience marocaine en la matière.

Intervenant lors du 2ème panel de haut niveau ayant réuni les chefs d’État et les responsables gouvernementaux africains audit Sommet, Aziz Akhannouch a mis en avant la politique publique importante dans le secteur agricole au Maroc, menée sous l’impulsion et le leadership de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, en évoquant, à cet égard, le rôle joué par le Plan Maroc Vert et la nouvelle stratégie «Génération Green» dans la transformation et le développement de ce secteur. Deux étapes clés ayant révolutionné la pratique agricole au Maroc. S’agissant du Plan Maroc Vert, Aziz Akhannouch a indiqué que ce dispositif ayant pris fin en 2020 a permis de contractualiser des accords avec les associations et les fédérations ainsi que de gérer des programmes d’investissements d’environ 13 milliards de dollars durant les dix années de son déploiement. Le Royaume a pu décrocher par la même occasion un financement de 4 milliards de dirhams auprès des institutionnels. Grâce aux efforts déployés, l’agriculture a pu maintenir une croissance moyenne de 5,5 % par an. Une dynamique qui tient également compte des saisons agricoles difficiles marquées par le manque des précipitations. Le chef de gouvernement a par ailleurs rappelé que l’investissement agricole est au cœur de l’équation. Qui dit investissements agricole dit semences, mécanisations, fonciers, formation et recherche et développement… Autant de paramètres pris en compte dans la vision marocaine pour atteindre une productivité optimale et augmenter la valeur ajoutée des produits agricoles.

Aziz Akhannouch a par ailleurs mis en exergue les grandes lignes de la nouvelle stratégie agricole «Génération Green» mise en œuvre sous l’impulsion du Souverain. L’idée étant non seulement de capitaliser sur les acquis du Plan Maroc Vert notamment en termes de contractualisation avec les opérateurs pour les filières mais également de valoriser l’élément humain. M. Akhannouch a à cet égard souligné l’importance du chantier de la protection sociale ainsi que les efforts engagés pour promouvoir l’émergence d’une nouvelle génération de jeunes entrepreneurs agricoles suite à la mobilisation d’un million d’hectares de terres collectives et de propulser une nouvelle classe moyenne dans le monde rural à travers la conversion. «Les agriculteurs font, parfois, des investissements sur des spéculations agricoles qui ne sont pas rentables.

Il faut, donc, les accompagner vers des spéculations meilleures et à forte valeur ajoutée», a-t-il assuré.
Pour ce faire, le Maroc s’est engagé à mettre en place des zones agropoles. Il s’agit en effet de bassins de production situés dans des périmètres irrigués dont 4 opérationnels et 3 en cours de construction. Il est à rappeler que ce deuxième panel a porté sur la vision pour la transformation de l’alimentation et de l’agriculture. Les intervenants ont dans ce sens partagé leur vision de croissance agricole, de l’intégration régionale ainsi que des partenariats- public privé.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile