Aujourd'hui le MarocSport

Une Côte d’Ivoire renversante remporte le titre – Aujourd’hui le Maroc

Le trophée de la 34ème édition de la CAN est resté à la maison. Le pays hôte, la Côte d’Ivoire, est parvenue à battre le Nigeria en finale et remporter la troisième CAN de son histoire.

Des rires et des larmes. De la stupéfaction chez les uns et de l’assurance chez d’autres. La victoire de la Côte d’Ivoire en finale de la Coupe d’Afrique des Nations qui a ébloui des millions de passionnés du football africain est en soi une grande leçon de persévérance et du rejet catégorique du défaitisme.

Positionné dangereusement en phase de poules sur un strapontin qui allait l’éjecter de la course, la Côte d’Ivoire, comme ressuscitée, n’a fait que bien reculer pour frapper fort. Et c’est chose faite.
Le pays hôte a été sacré champion d’Afrique pour la troisième fois de son histoire après sa victoire face au Nigeria sur le score de 2 buts à 1 dimanche soir en finale de la 34è édition tenue au stade olympique Alassane Ouattara d’Ebimpé. Les Nigérians ont ouvert la marque par Troost-Ekong (38è), tandis que Franck Kessié a égalisé pour la Côte d’Ivoire (63è). Sébastien Haller a marqué le but de la victoire d’une manière «Zlatanesque» à neuf minutes de la fin du temps réglementaire.
Il s’agit du troisième trophée pour la Côte d’Ivoire après ses sacres en 1992 et 2015.
La Côte d’Ivoire et le Nigeria s’étaient déjà rencontrées lors de la phase des poules. Les Nigérians s’étaient imposés 1 à 0 pour le compte de la deuxième journée du groupe A. Le Nigeria, après un match nul puis deux victoires, a terminé deuxième du groupe A, derrière la Guinée Equatoriale. Il a ensuite éliminé, en huitièmes de finale, le Cameroun (2-0), puis l’Angola (1-0), en quarts. En demi-finales, les Super Eagles ont sorti l’Afrique du Sud, à l’issue de la séance de tirs au but (1-1, 4-2 tab).
De son côté, la Côte d’Ivoire, qualifiée en huitièmes in extremis parmi les meilleurs troisièmes des groupes après une seule victoire et deux défaites, a battu le tenant du titre, le Sénégal, en huitièmes aux tirs au but, avant de s’imposer face au Mali (2-1) en quart de finale. En demi-finale, les Eléphants ont battu la RD Congo par 1 but à 0. Les Ivoiriens ont entamé cette finale, qui a vu la Marocaine Bouchra Karboubi officier en tant que quatrième arbitre, tambour battant, multipliant les occasions et tentant de trouver l’attaquant du Borussia Dortmund, Sébastien Haller, en surface de réparation. Si les Super Eagles se sont fait peur par moments, ils ont fait montre d’un sang froid et d’une bonne organisation défensive.
Malgré la domination ivoirienne, les Nigérians sont parvenus à ouvrir le score à sept minutes de la fin de la première période. Sur un corner, le capitaine nigérian Troost-Ekong en profite pour s’élever dans les airs et envoyer le ballon dans la lucarne opposée. Lors du second acte de cette finale, les Eléphants ont joué à quitte ou double afin de revenir dans la partie, un plan qui a vite donné ses fruits, après l’égalisation de Franck Kessié qui, sur un corner, était libre de tout marquage pour mettre le cuir dans les filets de la tête (63è).
Les Ivoiriens ont une nouvelle fois fait montre de leur force de caractère puisqu’ils se sont offert le luxe de prendre les devants à la 81è minute grâce à Sébastien Haller qui, au contact avec Troost-Ekong, met la semelle droite à bout portant pour permettre aux siens de l’emporter 2-1. En dépit des occasions qu’ils se sont créées, les Nigérians, qui visaient un quatrième sacre après leurs triomphes en 1980, 1994 et 2013, n’ont pas réussi à revenir dans la partie.
Au terme de la finale, la Coupe a été remise au capitaine de la Côte d’Ivoire, Max-Alain Gradel, par le président de la Confédération africaine de football, Patrice Motsepe, le président de la Fédération internationale de football, Gianni Infantino, et le président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara, en présence du président de la Fédération royale marocaine de football, Fouzi Lekjaa.
Peu avant le coup d’envoi de cette rencontre, une cérémonie de clôture haute en couleur, symbole d’unité et de célébration, a été organisée au stade olympique Alassane Ouattara.
Au programme de cette cérémonie, marquée par un spectacle de feux d’artifice très apprécié par les quelque 57.000 spectateurs présents, figurait en tête d’affiche Alpha Blondy et la star ivoirienne du reggae et interprète du titre «Cocody Rock».

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page