L’éolien et le solaire à l’origine de 17,1% de l’électricité au Maroc

La contribution de l’éolien et du solaire dans la satisfaction de la demande nationale d’électricité a atteint pour la première fois 17% en 2021. Cette performance dépasse la moyenne mondiale : le solaire et l’éolien ayant généré 10,3% de l’électricité à l’échelle planétaire. En 2021, la puissance installée pour ces deux sources d’énergie s’est élevée à 2.297 MW au Maroc, contre 2.181 un an plus tôt, permettant aux énergies renouvelables (y compris hydraulique) de dépasser la barre symbolique des 4.000 MW, soit 4.067 MW.

Une première au Maroc. L’éolien et le solaire ont généré 17,1% de l’électricité nationale en 2021. Soit 1,1 point de pourcentage de plus qu’en 2020 et 2019, où la contribution des énergies renouvelables, hors hydraulique, dans la satisfaction de la demande nationale avait atteint 16%. C’est ce qui ressort des derniers chiffres publiés par l’ONEE-Electricité. Cette performance dépasse la moyenne mondiale. Le solaire et l’éolien ont généré plus d’un dixième (10,3%) de l’électricité mondiale l’année dernière, contre 9,3% en 2020 et 4,6% en 2015, selon le centre de réflexion international Ember. Il faut dire qu’au Maroc, ces deux sources d’énergie ont connu une montée en puissance dans le parc électrique. En 2021, la puissance installée en éolien et en solaire s’est élevée à 2.297 MW, contre 2.181 un an plus tôt. Cela traduit une capacité additionnelle de 80 MW en solaire -provenant du Projet Noor Tafilalet- et de 36 MW en éolien via le Parc Oualidia.

Autre bonne nouvelle, et c’est officiel, pour la première fois au Maroc, la puissance installée en énergies renouvelables (y compris hydraulique) dépasse la barre des 4.000 MW pour atteindre 4.067 MW, contre 3.951 en 2020. Les capacités des usines hydrauliques (1.306 MW) et des stations de transfert d’énergie par pompage (STEP : 464 MW) restent stables à 1.770 MW, devant l’éolien (1.466 MW) et le solaire (831 MW). Ainsi, sur une capacité installée globale de 10.968 MW en 2021, la part des énergies renouvelables dans le mix électrique national se situe à 37%. Ce dernier reste dominé par le thermique (6.901 MW), dont les centrales au charbon (4.116 MW), les centrales turbines à gaz (1.110 MW) et à cycles combinés (834 MW). Pour rappel, selon les projections de la tutelle, l’objectif de 42% des énergies renouvelables dans le mix électrique, fixé pour 2020, devra être atteint en 2022-2023 et celui de 52% en 2025 au lieu de 2030. Par conséquent, les énergies renouvelables devraient devenir en 2025 la première source de production électrique au Maroc, devant les sources énergétiques fossiles. En attendant, Masen (Moroccan Agency for Sustainable Energy) a lancé en juillet dernier l’appel d’offres pour le projet solaire photovoltaïque «Noor Atlas», d’une capacité cumulée d’environ 260 mégawatts (MW). L’ouverture des plis est prévue pour octobre prochain. Un constructeur sera ainsi sélectionné parmi les 8 entreprises/consortiums pré-qualifiés par l’ONEE, le porteur initial du projet.


Continuer la lecture

Quitter la version mobile