Cholestérol HDL : tout savoir sur le bon cholestérol

Définition : qu’est-ce que le cholestérol ?

D’un point de vue scientifique et simplifié,  le cholestérol est un stérol (forme d’alcool polycyclique) formé de 27 atomes de carbone. Selon des considérations plus pratiques, le cholestérol fait partie de la famille des lipides c’est-à-dire des graisses. Il peut être apporté par l’alimentation (dans la viande, les œufs, le fromage, le beurre) ou fabriqué de façon endogène par l’organisme. Le cholestérol est insoluble dans les liquides et de fait, il circule dans le réseau sanguin sans se mélanger.

Le cholestérol doit se coupler à une protéine qui lui sert d’embarcation pour tracer sa route dans l’organisme. Nous parle de lipoprotéine. Quelle que soit la protéine de transport avec laquelle il s’acoquine, le cholestérol reste le même. Contrairement aux idées reçues, il n’existe donc pas plusieurs types de cholestérol mais différentes protéines de transport du cholestérol. Ces macromolécules sont au nombre de deux :

  • Les High Density Lipoprotein (HDL) ou lipoprotéines de haute densité qui transportent du cholestérol dit « HDL ». 
  • Les Low Density Lipoprotéin (LDL) ou lipoprotéines de faible densité qui transportent du cholestérol dit « LDL ».  

LDL ou HDL : quel est le bon cholestérol ?

Ce n’est pas nouveau, le cholestérol a tantôt le mauvais et  tantôt de bon rôle. Mais une cette idée populaire n’est pas contextualisée. En réalité, le cholestérol est nécessaire à l’organisme (pour ne pas dire carrément vital). Et oui, le cholestérol est un constituant indispensable à nos cellules. Il est le précurseur des hormones stéroïdes. Il contribue aussi à la fabrication de substances comme la vitamine D. Enfin, ce lipide entre dans la composition de la bile.

Le cholestérol ne devient délétère que s’il est absorbé en trop grande quantité quotidiennement via l’alimentation ou encore si le manque d’activité physique ralentit son métabolisme. En outre, il convient de respecter un équilibre dans le type de lipides consommés : les acides gras saturés auraient tendance à favoriser les dépôts de cholestérol dans les artères alors que la consommation régulière d’acides gras insaturés (oméga 3, 6 et 9) est associée à une diminution marquée du risque d’accidents cardiovasculaires. 

Le cholestérol LDL est « mauvais »

Le cholestérol LDL est regardé comme le « mauvais cholestérol« . Il correspond en réalité au cholestérol qui circule du foie et de l’intestin vers nos cellules grâce aux lipoprotéines LDL. Il est perçu comme néfaste car  lorsqu’il y a trop de cholestérol qui migre du foie et de l’intestin vers nos cellules, ce dernier n’est ensuite pas récupéré et ramené vers ces organes par la lipoprotéine LDL (qui est totalement débordée). Le risque est alors que le cholestérol résiduel s’accumule dans les vaisseaux sanguins entraînant la formation de plaques d’athérome. C’est ce que nous appelons l’athérosclérose. Un tel phénomène réduit la lumière de nos artères augmentant le risque d’accident cardiovasculaire. 

Pourquoi le cholestérol HDL est « bon » ?

D’un autre côté, le cholestérol HDL est regardé comme le « bon cholestérol« . Accouplé à sa lipoprotéine HDL, il a pour rôle de récupérer le cholestérol en excès dans les vaisseaux sanguins ou amassé dans nos organes. Les lipoprotéines HDL emmènent ensuite le cholestérol vers le foie où il est éliminé. Le cholestérol HDL permet donc un véritable nettoyage de nos vaisseaux sanguins. Il empêche la formation de plaques d’athérome sur la paroi des artères et réduit les risques cardiovasculaires

Analyse du taux de cholestérol HDL : comment se déroule cette prise de sang ?

Le dosage du cholestérol HDL est effectué dans le cadre d’un bilan lipidique prescrit par votre médecin. Il est effectué en laboratoire d’analyses médicales nécessitant un prélèvement de sang veineux.

L’examen doit être réalisé à jeun. Cela suppose de ne rien manger ni boire (sauf de l’eau) pendant les 12 heures qui précèdent. Il est également conseillé de ne pas boire d’alcool 48 heures avant la prise de sang.

Cette prise de sang est généralement pratiquée au niveau du pli du coude. Elle est quasi indolore et rapide. Elle n’en reste pas moins désagréable pour beaucoup de patients. Si vous avez tendance à pâlir à la vue d’une seringue, n’hésitez pas à demander la réalisation de la prise de sang en position allongée (évitez de regarder la piqûre). 

Vous pouvez aussi effectuer cette analyse à votre domicile, si vous êtes dans l’impossibilité de vous déplacer. 

Une fois prélevé, l’échantillon de sang est ensuite analysé pour mesurer :

  • le taux de cholestérol HDL ;
  • le taux de cholestérol LDL ;
  • le taux de cholestérol total ;
  • le taux de triglycérides.

Cholestérol HDL : quel est le bon taux ?

Le bon taux de HDL

Le taux de cholestérol HDL doit être supérieur à 0,4 g/L. Si vous manquez de cholestérol HDL, vous devriez consulter un médecin. Généralement, ce taux trop bas est associé à d’autres anomalies lipidiques affectant le cholestérol LDL et les triglycérides. 

Quel est le bon rapport HDL/ LDL ?

Si vous votre taux de cholestérol HDL (bon cholestérol) est trop bas, alors votre taux de cholestérol LDL (mauvais cholestérol) peut à l’inverse être excessif. Votre taux de cholestérol LDL doit être inférieur à à 1,6 g/L. Retournez voir votre médecin si vous avez trop de cholestérol LDL.  

Comment interpréter le taux total de cholestérol ?

Le calcul du cholestérol total prend en compte le taux de cholestérol HDL et le taux de cholestérol LDL. On considère qu’il doit être inférieur à 2g/L. L’analyse du cholestérol total est n’est cependant pas exhaustive, il est important aussi de connaître précisément les taux de LDL, de HDL ainsi que le rapport cholestérol total/HDL. Ce rapport complet permet de mesurer le risque cardiovasculaire. Il est de moins en moins utilisé. Cependant, on considère encore qu’au delà de 4,0 il y a un risque artériel non négligeable.

Triglycérides : quelles sont les valeurs normales ?

Enfin, le taux de triglycérides doit être inférieur à 1,5 g/L. Dans le cas contraire, vous devriez consulter votre médecin. 

Taux faible de cholestérol HDL : pourquoi ? Que faire ?

Un taux de cholestérol HDL bas (inférieur à 0,4 g/L), est souvent le signe d’une hypocholestérolémie, c’est-à-dire d’une carence en cholestérol. Rare, ce manque en cholestérol peut être lié à :

  • une malnutrition (surpoids, obésité, dénutrition, régime alimentaire déséquilibré…) ; 
  • la sédentarité
  •  l’hypertension artérielle
  • le diabète
  • le tabagisme ; 
  • l’hyperlipoprotéinémie athérogène ;
  • une anomalie génétique ;
  • une malabsorption du cholestérol ;
  •  la prise de médicaments progestatifs chez la femme ; 
  • une pathologie telle qu’un cancer, une hyperthyroïdie, une insuffisance hépatique ;
  • un état dépressif. 

Un taux bas de cholestérol HDL constitue un risque cardio-vasculaire. SI le taux de HDL est bas, le cholestérol reste dans la circulation sanguine et s’accumule jusqu’à provoquer des plaques d’athérome sur les parois des artères et les obstruer progressivement. 

Le traitement varie en fonction de la cause de l’hypocholestérolémie. Il peut passer par : 

  • La prise en charge de la maladie causale  ;
  • Des mesures hygiéno-diététiques comme une alimentation équilibrée, la pratique régulière d’une activité physique et l’arrêt du tabac et de l’alcool. 

Il est à noter que certains médicaments hypolipidémiants comme les statines permettent d’augmenter modérement les taux de cholestérol HDL. 

Taux élevée de cholestérol HDL : un effet cardioprotecteur

Un taux de cholestérol HDL élevé, supérieur à 0,6 g/L, est perçu comme favorable pour la santé. Ce taux élevé pourrait être associé à un effet cardioprotecteur. Il est fréquent chez les personnes sportives. En effet, l’activité physique permettrait d’augmenter le taux de cholestérol HDL et de faire diminuer le taux de cholestérol LDL 

Un taux de cholestérol HDL élevé doit néanmoins être analysé au regard des autres résultats du bilan lipidique. En outre, ce taux peut être artificiel et expliqué par la prise de certains médicaments dont des hypolipémiants.

Comment faire baisser le mauvais cholestérol et augmenter le bon ?

Il est possible de rétablir l’équilibre en le bon et le mauvais cholestérol naturellement (bien que certains patients soient des hypersécréteurs constitutionnels de cholestérol (cause génétique)). Une alimentation équilibrée et une activité physique régulière permettent de faire diminuer les taux de cholestérol LDL et d’augmenter le cholestérol HDL. 

Privilégiez des aliments riches en fibres (fruits, légumes, graines oléagineuses, légumineuses et céréales complètes) et en acides gras insaturés (et notamment en oméga 3 ) comme les poissons gras et les huiles vierges. Intégrez quotifiennement des aliments antioxydants qui aident à lutter contre l’oxydation du cholestérol ainsi que des denrées non transformées et qui présentent des indices glycémiques faibles. Limitez votre consommation l’alcool, de tabac, de viandes grasses et de  charcuteries. 

Continuer la lecture

Quitter la version mobile