Santé

Désir sexuel des femmes : ce qui change (vraiment) avec l’âge


Oui, les femmes accordent toujours autant d’importance au sexe en vieillissant. Pour autant, plusieurs facteurs peuvent affecter leur libido et leur rapport au sexe.

Contrairement aux idées reçues, l’intérêt sexuel des femmes ne chute pas avec l’âge. C’est ce que révèle une nouvelle étude américaine intitulée « SWAN – The Study of Women’s Health Across the Nation », menée auprès de 3 200 femmes durant une quinzaine d’années, et mise en lumière par « CNN ». « L’étude a montré qu’un nombre important de femmes accordent toujours une grande valeur au sexe,  même en vieillissant, et ce n’est pas anormal », a déclaré la Dr Holly Thomas, professeure adjointe de médecine à l’Université de Pittsburgh. En effet, environ 27 % d’entre elles estiment que le sexe reste très important à la quarantaine, la cinquantaine et la soixantaine. Pour autant, le rapport au sexe a tendance à évoluer avec le temps… 

Si l’intérêt sexuel reste intact, le rapport au corps et la conception de l’acte sexuel fluctuent. « Le sexe sera différent », a précisé Stephanie Faubion, directrice du Centre pour la santé des femmes de la Mayo Clinic. « Ce ne sera pas la même chose à 40 ans qu’à 20 ans ; ça ne sera pas le même à 60 ans qu’à 40 ans, et ça ne sera pas le même à 80 ans qu’à 60 ans », a-t-elle déclaré. « Quelques changements peuvent survenir, mais en général, les personnes qui sont en bonne santé et qui entretiennent de bonnes relations sentimentales, restent sexuellement actives. »  

Lire aussi >>  Après 50 ans, à quelle fréquence fait-on l’amour ?

Périménopause, dépression, éducation sexuelle 

Plusieurs facteurs peuvent affecter la libido des femmes. En effet, 48 % d’entre elles accordaient de l’importance à une vie sexuelle épanouie à l’approche de la ménopause. Pour autant, leur désir a progressivement diminué au cours de la cinquantaine ou de la soixantaine. Selon les experts qui ont réalisé cette étude, ces raisons peuvent être émotionnelles, physiques ou encore psychologiques. 

« Pour certaines femmes, avoir des relations sexuelles est une mauvaise chose » 

Par exemple, les bouleversements hormonaux liés à la périménopause peuvent rendre les relations sexuelles moins satisfaisantes, voire douloureuses. Pour cause, la baisse d’œstrogène rend les tissus de la vulve et du vagin plus fins, plus secs et plus fragiles, de quoi perturber l’excitation. D’autres problèmes de santé peuvent survenir à la quarantaine et affecter le désir féminin. Sur le plan psychologique, les femmes présentant des symptômes de dépression sont plus susceptibles de considérer le sexe comme secondaire. D’autant plus que certains antidépresseurs peuvent affecter la libido. Par ailleurs, les femmes d’âge mûr peuvent sont susceptibles d’être confrontées à des bouleversements au sein de leur vie amoureuse, ce qui peut jouer sur leur désir sexuel. Enfin, le regard de la société joue un rôle fondamental sur la vie sexuelle des femmes. « Il y a ce que la société nous enseigne sur le vieillissement des femmes », souligne le médecin. « Et donc, pour certaines femmes, avoir des relations sexuelles est quelque chose de mauvais. Elles ne sont pas censées aimer le sexe. » Tout dépend de l’éducation sexuelle que l’on a reçue. 

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page