Familles recomposées : « L’ex-femme de mon conjoint en profite pour déménager… dans l’immeuble d’en face »

Février 2021. Je le rencontre en ligne. On s’échange très peu de messages que j’ai déjà le coup de cœur. J’ai l’impression de parler à mon double. Ce qui se confirme lorsque l’on se retrouve pour notre premier rendez-vous galant quelques jours plus tard : un dîner, qui s’étendra jusqu’au petit matin. Nous nous sommes baladés toute la nuit, main dans la main, en refaisant le monde dans les rues de Nantes.

On apprend tous les deux à se connaître : il a 43 ans et moi 39. Il est père de trois enfants de 19, 15 et 12 ans. Je suis mère d’une fille de 12 ans. Je suis divorcée depuis cinq ans. Lui, séparé depuis deux mois. C’est beaucoup plus frais : il vient d’apprendre que sa femme avait une liaison avec un autre homme depuis des années. Pour l’instant, ils cohabitent toujours sous le même toit.

Avoir été remplacée aussi rapidement lui est insupportable

Les jours, les mois passent et notre relation évolue. On tombe amoureux, on se projette, on prévoit de faire rencontrer nos enfants respectifs. Je suis sur un petit nuage. Entre nous, c’est une évidence. De son côté, la situation avec sa femme se dégrade. Paradoxalement, – alors que c’est elle qui a demandé le divorce – elle n’accepte absolument pas le fait qu’il passe à autre chose, qu’il rebondisse aussi rapidement. J’ai la sensation qu’elle souffre d’une blessure narcissique intense. Avoir été remplacée aussi rapidement lui est insupportable.  Pour leurs enfants, la situation est également très compliquée. Ils vivent simultanément la séparation de leurs parents, les voient se déchirer et refaire leur vie en très peu de temps. « Ils semblent déboussolés », me décrit-il. À juste titre.

Nous avons la sensation d’avoir trouvé un bon équilibre dans notre famille recomposée

Vient la rencontre, en avril, soit quelques mois après le début de notre idylle. On décide de dîner au restaurant tous ensemble : nous deux et nos enfants respectifs. On est six. Ça se passe très bien. L’ambiance est bonne. Nos deux plus jeunes – qui ont le même âge – accrochent immédiatement. Son aînée me raconte les coulisses des rendez-vous galants que me prépare leur père. Les anecdotes sont très drôles ! Le cadet est davantage sur la retenue, mais très poli. Et de mon côté, ma fille est souriante et enthousiaste. Elle est heureuse de me voir heureuse.

Cinq mois plus tard, en septembre, nous décidons d’emménager tous ensemble, chez lui. Ma fille vit chez nous à plein temps, ses enfants sont en garde partagée et viennent une semaine sur deux. Tout se passe très bien entre nous. Nous avons la sensation d’avoir trouvé un bon équilibre dans notre famille recomposée.

Elle nous réserve encore de mauvaises surprises

Excepté un petit détail. L’ex-femme de mon conjoint en profite pour déménager avec son nouvel ami… dans l’immeuble d’en face. C’est à partir de ce moment-là que l’enfer commence. Elle envoie des dizaines de textos par jour à mon mari, pour un oui ou pour un non. Elle lui réclame des sous en permanence. Fait des chichis pour un rien. Une fois, ma fille a eu le malheur d’emprunter un stylo à son fils. Directement, elle a envoyé un texto assassin à mon conjoint : « fais-moi un virement de 1 euro ». Souvent, elle le traitait de « connard » aussi. Obsédée par l’argent, une autre fois, elle lui a carrément balancé au visage : « je vais te mettre sur la paille ».

Mon mari a fini par déposer une main courante contre elle un jour où il s’est rendu compte qu’elle était venue récupérer quelque chose chez nous en notre absence. C’était horrible. En plus, puisqu’elle habitait le quartier, on la croisait en permanence, dans la rue, dans la queue de la boulangerie, au supermarché… Je ne pouvais plus la supporter. Puis avec mon conjoint, ça devenait un sujet de tension. Il me reprochait de ne pas assez le « soutenir », je lui reprochais de répondre à ses attaques et à ses caprices.

Puis fort heureusement, elle a fini par déménager plus loin à 150 km de chez nous et depuis ça va mieux. Elle ne fait plus partie de notre quotidien. Mon conjoint n’échange plus avec elle que pour le strict nécessaire. Mais… toxique comme elle est, nous savons qu’elle nous réserve encore de mauvaises surprises.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile