Orgasme pendant la grossesse : qu’est-ce qui change ?

Alcool, cigarette, charcuterie, crustacés… Les interdits sont nombreux pour les femmes enceintes. Mais rassurez-vous, le sexe n’est absolument pas déconseillé pendant la grossesse… À quelques exceptions près. Certaines femmes verront leur libido exploser, tandis que d’autres feront passer leur sexualité au second plan pendant quelque temps. Mais qu’en est-il de l’orgasme ? Faut-il envisager des relations sexuelles sans point culminant ? Que ressent exactement le fœtus ? Réponses de Pauline Schillaci, infirmière diplômée d’Etat, sexologue clinicienne et auteure de l’ouvrage « Enceinte, j’adapte ma sexualité ! », paru aux Editions In Press.

Les femmes enceintes peuvent-elles avoir des orgasmes ?

Oui, les femmes enceintes peuvent évidemment avoir des orgasmes. « La grossesse n’empêche en aucun cas les femmes d’éprouver du plaisir et d’atteindre l’orgasme. Même si cela peut s’avérer plus difficile pour certaines femmes en raison des changements physiques et hormonaux, mais aussi du stress, de leur état de santé ou de celui de leur enfant à naître », note l’experte. 

La pénétration n’est pas obligatoire pour avoir un rapport sexuel enceinte !

C’est sans doute une des idées reçues les plus difficile à dépasser : « La sexualité n’est pas forcément associée à la pénétration, et il est tout à fait possible d’avoir un orgasme sans pénétration« , insiste Pauline Schillaci. Il existe en effet de nombreuses autres façons de partager une intimité sexuelle avec un(e) partenaire, que l’on soit enceinte ou non : pensez, par exemple, aux caresses, aux baisers, au toucher, au sexe oral, etc.

Au-delà de toute problématique médicale, certaines femmes enceintes préfèrent éviter la pénétration pendant leur grossesse pour des raisons de confort ou de sensibilité accrue, souligne la sexologue. « Il est important qu’elles communiquent ouvertement avec leur partenaire et qu’elles posent leur limite pour que l’expérience sexuelle reste agréable. En aucun cas elle ne doit devenirune corvée ou un ‘devoir’ envers son conjoint ou sa conjointe ! », alerte-t-elle. 

Les orgasmes sont-ils plus intenses pendant la grossesse ?

De très nombreuses femmes (re)découvrent l’orgasme pendant la grossesse !, explique Pauline Schillaci. Et ce pour plusieurs raisons : 

  • les hormones de grossesse peuvent favoriser la détente et la sérénité, mais aussi stimuler la libido et la sensibilité sexuelle ;
  • certaines femmes se sentent plus connectées à leur corps pendant la grossesse, ce qui peut rendre l’orgasme plus intense ; 
  • la grossesse provoque une accumulation de sang au niveau des parties génitales, ce qui peut augmenter la sensibilité et potentiellement conduire à des orgasmes (clitoridien, vaginal, cervical ou anal) plus intenses pour certaines femmes ; 
  • le fœtus exerce une pression importante sur le vagin et le plancher pelvien ;
  • la sensibilité de la peau et des zones érogènes sont décuplées ; 
  • etc. 

À contrario, certaines femmes peuvent ressentir des douleurs accrues, une grande fatigue, des maux de têt et / ou une diminution de l’intérêt sexuel. « Pour les femmes qui attendent un bébé depuis longtemps ou qui ont, par exemple, perdu un enfant précédemment, la sexualité passe aussi au second plan », alerte l’experte. Sans compter que les changements anatomiques et l’augmentation du volume du ventre peuvent rendre certaines positions sexuelles moins confortables.

Vous l’aurez compris, il s’agit d’une expérience subjective : l’orgasme n’est pas hormono-dépendant, mais bien plaisir-dépendant ! Si l’excitation et le plaisir ne sont pas au rendez-vous, l’orgasme non plus. 

Orgasme clitoridien, vaginal, cervical, anal… Nos préférences sexuelles évoluent au début ou à la fin de la grossesse

Les préférences sexuelles des femmes peuvent évoluer pendant leur grossesse, concède Pauline Schillaci. À nouveau, il n’y a pas de règles strictes : certaines femmes peuvent commencer à apprécier la stimulation vaginale, d’autres ne plus du tout supporter la stimulation du col de l’utérus (orgasme cervical), etc. Au risque de nous répéter, chaque femme est unique, tout comme chaque grossesse. L’important est de maintenir une communication ouverte, de s’adapter ensemble aux changements et de s’assurer que la sexualité reste épanouissante pour tout le monde. 

Selon la sexologue, la grossesse n’est toutefois pas le meilleur moment pour expérimenter de nouvelles pratiques sexuelles. « Je déconseille notamment aux femmes qui ne l’ont jamais pratiquée de tester la sodomie : l’appréhension peut être plus importante et l’espace génital est rétréci, note l’experte. De fait, la première sodomie peut être plus douloureuse et très mal vécue. » Sans compter les risques hygiéniques. 

Les bienfaits de l’orgasme sont-ils décuplés pendant la grossesse ?

Il est difficile de répondre à cette question… Les bienfaits de l’orgasme sont toujours « femme-dépendant », et rien ne prouve qu’ils sont vraiment décuplés par la grossesse. Pour rappel, l’orgasme peut : 

  • aider à réduire le stress et l’anxiété ; 
  • libérer divers hormones qui peuvent améliorer le bien-être émotionnel et renforcer la connexion avec son ou sa partenaire
  • provoquer une détente et favoriser le sommeil
  • etc.

Que ressent le fœtus pendant l’orgasme ?

Là encore, il existe très peu d’études sur le sujet, regrette Pauline Schillaci. Après l’orgasme, peu importe que l’on se mette à rire aux éclats ou à fondre en sanglots (dysphorie post-coïtale), ce qui compte, c’est l’importante décharge d’ocytocine, d’endorphines et de dopamine dont le bébé profite dans le liquide amniotique. « Selon les travaux existants, le bébé se retrouverait alors comme dans un jacuzzi », décrit Pauline Schillaci. Ne culpabilisez donc surtout pas de ressentir telle ou telle émotion après l’orgasme ! 

Par ailleurs, rassurez-vous, la pénétration ‘vaginale ou anal) ne risque pas de blesser le fœtus. « L’enfant à naître est protégé par le bouchon muqueux qui se forme pendant la grossesse à l’entrée de l’utérus, puis par le col de l’utérus, puis par le placenta, puis par le liquide amniotique », rappelle la sexologue. Autrement dit, il est bien protégé !  

Peut-on utiliser un sextoy pour avoir un orgasme enceinte ?

L’utilisation de sextoys pendant la grossesse est généralement sans danger… À conditions de suivre quelques précautions de base. La première étant d’éviter les jouets vibrants en intra-vaginal, recommande Pauline Schillaci. Pour cause ? « Ils risquent de provoquer des contractions utérines et des sensations désagréables pour les fœtus. »

Vous pouvez donc vous tourner vers des sextoys non-vibrants en bon état, à conditions qu’ils soient propres et bien désinfectés avant et après chaque utilisation. Ou, le cas échéant, stimulez votre clitoris avec vos doigts, écoutez un podcast érotique, attardez-vous sur un livre érotique, plongez-vous dans vos pensées, penchez-vous sur un film pornographique, etc. 

Quelles précautions prendre pour atteindre l’orgasme enceinte ?

  • La communication ouverte avec votre partenaire est essentielle : échangez sur vos besoins, vos désirs, vos préoccupations et vos limites. 
  • Recherchez des positions sexuelles confortables, ou utilisez des oreillers et des coussins pour soutenir votre corps et rendre la position plus agréable.
  • Essayez de vous détendre et de vous concentrer sur votre plaisir. À cet effet, certaines femmes pratiquent la méditation, la respiration profonde ou encore les massages pour se relaxer et atteindre l’orgasme tantrique. 
  • Explorez différentes techniques de stimulation (masturbation, baisers, caresses, pénétration avec ou sans sextoy, etc.). Ainsi, vous trouverez ce qui fonctionne le mieux pour vous pendant votre grossesse.
  • Pensez au lubrifiant intime pour faciliter la pénétration et limiter les douleurs causées par la sécheresse vaginale. 
  • Prenez vos précautions pour réduire le risque d’infections sexuellement transmissibles (IST) et d’infections tout court : évitez, par exemple, de passer de l’anus au vagin sans avoir nettoyé votre sextoy ou le pénis qui vous a pénétrée. 
  • De manière générale, prenez soin de votre santé globale et suivez les recommandations de votre gynécologue ou votre sage-femme : mangez sainement, faites de l’exercice modéré, restez hydratée et dormez suffisamment. 

Placenta praevia et menace d’accouchement prématuré contre-indiquent le sexe avec pénétration !

Les grossesses à risque nécessitent parfois d’éviter ou de restreindre totalement l’activité sexuelle, y compris l’orgasme. « Le placentea praevia (lorsque le placenta est bas et recouvre le col de l’utérus) contre-indique la pénétration, mais non l’orgasme. En revanche, la menace d’accouchement prématuré contre-indique totalement la pénétration et l’orgasme : les contractions utérines risquent d’ouvrir encore un peu plus votre col », alerte Pauline Schillaci. Le risque de fausse-couche et la perte de liquide amniotique avant le travail doivent aussi alerter. Quoi qu’il en soit, n’abandonnez pas les caresses, les baisers et autres mots doux, en continuant à suivre les recommandations des médecins et autres professionnels(les) de santé qui suivent votre grossesse. 

Continuer la lecture

Quitter la version mobile