Santé

Où en est l’épidémie d’infections pulmonaires à mycoplasme en France ?

La France est touchée par une « une épidémie de pneumonies à Mycoplasma pneumoniae d’intensité inhabituelle depuis le début du mois d’octobre 2023, avec une augmentation très marquée à compter de début novembre », estime Santé publique France dans son point de situation publié le 26 décembre 2023 (source 1). La Haute autorité le confirme : « Depuis la fin de l’été, le nombre d’infections respiratoires à Mycoplasma pneumoniae augmente en France, avec une émergence de pneumonies liées à cette bactérie » (source 2).

L’ensemble des indicateurs de ces infections ont augmenté ces derniers mois. La détection de la bactérie à l’hôpital « a progressivement augmenté depuis fin juillet puis de façon plus marquée courant octobre », note Santé publique France. Le taux de positivité est passé de 1,7 % à 4 % entre début et fin octobre. À fin novembre, le « taux de positivité (est) près de 4 fois supérieur à celui observé à la même période en 2019 ». Une baisse semblait ensuite se profiler, mais le taux de positivité a à nouveau augmenté mi décembre. Même constat en ville : les taux de positivité ont augmenté au cours de l’été, avant une « nette augmentation » début octobre, « jusqu’à atteindre fin novembre un niveau très supérieur à celui de 2019 à la même période. Cette hausse était particulièrement marquée chez les enfants âgés entre 5 et 14 ans ».

Bonne nouvelle, chez les moins de 14 ans, les recours aux soins d’urgence pour pneumopathie semblent « amorcer une diminution » mi-décembre, selon Santé publique France. Les consultations médicales en ville et à l’hôpital, toutes tranches d’âges confondues, ont augmenté en octobre puis de façon « plus marquée » en novembre, avant une « tendance à la stabilisation » début décembre, portée par les moins de 14 ans. Mais si la situation est surveillée de très près par les autorités sanitaires, la situation à l’hôpital est difficile à juger. « La part attribuable au Mycoplasma pneumoniae ne peut néanmoins pas être précisément estimée à partir de ces données du fait que le diagnostic de Mycoplasma pneumoniae n’est pas systématique lors du passage aux urgences », explique Santé publique France.

Qu’est-ce que c’est ? Comment s’en protéger ?

Mycoplasma pneumoniae est une bactérie responsable de pneumonies. « Après le pneumocoque, il s’agit du germe le plus fréquemment impliqué dans les pneumonies bactériennes aiguës, en particulier chez les enfants et les jeunes adultes », précise Santé publique France. La bactérie se transmet par les gouttelettes respiratoires lors de contacts rapprochés. Ce sont majoritairement les personnes de moins de 40 ans qui sont touchées. Si l’infection est généralement bénigne, avec des symptômes tels que de la toux, de la fièvre ou des maux de tête ; dans certains cas, « des complications de type exacerbation d’un asthme ou des manifestions rares notamment cutanées ou neurologiques, peuvent nécessiter une hospitalisation ».

La bactérie provoque des épidémies « tous les 3 à 7 ans ». La France n’avait pas connu d’épidémie d’infections à mycoplasme depuis 2019, avant la pandémie de Covid-19. Pour se protéger face à cette recrudescence, et plus globalement dans un contexte de circulation active de différents virus respiratoires, la Haute autorité de santé « rappelle que le respect des gestes barrières, et notamment le port du masque, constitue le premier levier pour limiter les infections ». Santé publique France recommande ainsi de se laver fréquemment les mains, de « porter un masque en cas de symptômes dans les lieux fréquentés et en présence de personnes fragiles », et d’aérer régulièrement.

Le résumé en vidéo

En vidéo : Comment prévenir et traiter une pneumonie ?

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page