Santé

Ne confondez pas le malaise post-orgasmique avec la grippe !

Le ‘post-orgasmic illness syndrome’ ou malaise post-orgasmique est une ‘maladie’ récente. Elle a été découverte seulement en 2002. Elle survient, chez les hommes, après une éjaculation. 

Il s’agit d’un symptôme rare. « Il toucherait une centaine d’hommes dans le monde, même s’il est fort probable qu’il soit sous-déclaré car trop peu connu », a expliqué le Dr Chalortte Methorst, urologue au Centre hospitalier de Saint-Cloud à nos confrères du Progrès. 

Quels sont les symptômes ?

Le malaise post-orgasmique survient, chez les hommes, au cours d’un rapport sexuel, après une masturbation ou en cas d’éjaculation nocturne. 

Il se caractérise par un ou plusieurs des symptômes suivants : 

– Malaise généralisé avec sensation d’état grippal. 

– Etat fébrile avec présence de frissons, de sueur, de transpiration et de fièvre pouvant aller jusqu’à 40 °C. 

– Troubles de l’humeur. 

– Troubles de la mémoire et de la concentration. 

– Démangeaisons nasales, écoulement nasal au niveau de la gorge 

– Démangeaisons oculaires. 

– Bouche sèche, voix rauque. 

– Phobie de la lumière, du son. 

Certains de ces symptômes comme la fièvre élevée, les frissons, la fatigue, l’écoulement nasal, les douleurs musculaires ne sont pas sans faire penser à ceux de la grippe. 

Un malaise qui dure plusieurs jours

Ces symptômes, comme ceux de la grippe, ne régressent pas en quelques heures, d’où le doute qu’il peut y avoir, notamment en période hivernale. 

Effectivement, ils surviennent dans les heures qui suivent l’éjaculation et ce malaise post-orgasmique dure ensuite entre deux jours et sept jours, avant de régresser spontanément. 

Les symptômes de la grippe durent, eux, sept jours environ. 

Quel traitement ?

Pour le docteur Methorst, l’hypothèse la plus plausible du malaise post-orgasmique est la suivante : « Ce serait une anomalie des rapports entre les neuromédiateurs et les récepteurs au niveau cérébral (orage cytokinique – les cytokines étant les messagers de l’inflammation). En effet, l’administration de diclofénac (un anti-inflammatoire non stéroïdien) a pu montrer une amélioration des symptômes », a-t-elle détaillée à nos confrères du Progrès. 

La prise de diclofénac 2 heures avant un rapport sexuel puis durant 24 à 48 heures est efficace à 80 % chez les hommes souffrant de ce syndrome. 

Continuer la lecture

close

Recevez toute la presse marocaine.

Inscrivez-vous pour recevoir les dernières actualités dans votre boîte de réception.

Conformément à la loi 09-08 promulguée par le Dahir 1-09-15 du 18 février 2009 relative à la protection des personnes physiques à l'égard du traitement des données à caractère personnel, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, et d'opposition des données relatives aux informations vous concernant.

Afficher plus
Bouton retour en haut de la page