Tout ce que vous devez savoir sur le plan à trois

Définition : plan à trois, c’est quoi ?

Également appelé « triolisme », « trio sexuel », « amour à trois » ou même parfois « trip à trois » (au Québec), le plan à trois implique une relation intimiste entre trois personnes. « Il s’agit généralement d’un couple auquel s’adjoint un·e troisième partenaire mais il peut aussi s’agir de copains ou de sexfriends qui se lancent dans l’expérience à trois », présente Christelle Faure.

Le triolisme comme fantasme

Les plans à trois figurent parmi les plus grands fantasmes du couple. 83% des hommes et 31% des femmes ont déjà fantasmé sur un plan à trois, si on en croit une étude parue dans Archives of Sexual Behavior (source 1).

Comment faire un plan à trois et quelles positions adopter ?

Le triolisme se prête à de multiples interprétations et variantes. La pratique peut en effet avoir lieu entre deux hommes et une femme (hhf), deux femmes et un homme (ffh), trois hommes (hhh) ou trois femmes (fff). « Et si chacun a sans doute ses préférences de trio, tous s’accordent pour prendre du plaisir ensemble », relève la sexologue.

Pour ce qui est des positions sexuelles envisageables à trois, là aussi, plusieurs combinaisons sont possibles comme la levrette en double pénétration (l’homme pénètre l’une de ses partenaires, et la dernière participante fait de même avec un godemiché) ou encore la double cuillère (les trois participants sont placés sur le flanc, tous regardant vers la même direction. Les deux partenaires situés en fin de chaîne peuvent caresser ou pénétrer la personne en face). Christelle Faure complète : « Dans cette configuration à trois, il n’y a pas de position privilégiée. L’échange doit marcher à l’envie, à l’instinct. Tout le monde n’est d’ailleurs pas obligé d’être actif. Deux des partenaires peuvent par exemple faire l’amour en amazone, pendant que l’autre observe (Candaulisme). »

À savoir aussi, « les partenaires peuvent choisir de s’arrêter au mélangisme, c’est-à-dire aux préliminaires (caresses buccales…) ou d’aller jusqu’à l’échangisme s’ils vont jusqu’à la pénétration. »

Peut-on parler de relation multiple avec le plan à trois ?

« Bien que par définition, le triolisme s’apparente à la relation avec des partenaires multiples ; en pratique, c’est quand même autre chose. Le plan à trois n’a par exemple rien à voir avec le gang bang : situation dans laquelle plusieurs personnes s’engagent dans une activité sexuelle avec un individu en particulier séquentiellement ou en même temps.» 

Le triolisme se fait en effet davantage dans une idée de communion sexuelle, voire sensuelle s’il ne suppose pas de vie commune ou de relation à long terme, comme c’est le cas pour le ménage à trois. « Pour ce qui est de la partouze, le plan à trois s’en rapproche aussi par sa définition « relations sexuelles en groupe (source 2) » mais dans les faits, ce dernier implique souvent plus que trois personnes. Il ne sera donc pas forcément assimilable », précise la sexothérapeute de couple. 

Les avantages du sexe à trois

Dans une récente étude menée par The Archives of Sexual Behavior, « les plans à trois seraient parfaits pour explorer sa sexualité et représentent une bonne alternative à la monogamie traditionnelle » (source 3). On vous en dit plus sur le pourquoi du comment ci-dessous.

Le plan à trois : idéal pour rompre avec le train-train sexuel. Après plusieurs années de relation de couple, la routine sexuelle peut en effet s’installer et tuer le désir. « Le fait de changer d’habitude sexuelle en adoptant le triolisme va permettre d’attiser de nouvelles envies sans pour autant passer par la case des infidélités et de la culpabilité. À condition évidemment, que tout le monde y trouve son compte et que cela se passe dans le consentement mutuel », poursuit Christelle Faure.

Pour gagner en complicité : « S’il est fait avec envie et dans le respect mutuel, le plan à trois peut vraiment renforcer les liens du couple. Chacun des deux partenaires partagera ce petit secret qui pourra servir à booster la libido par la suite. »

Pour apprendre à se connaître et à assouvir ses fantasmes sexuels. Cette expérience sexuelle avec une tierce personne permet d’en apprendre davantage sur soi-même et sur son amoureux·se : « Dans une partie à trois, la levée des inhibitions pousse généralement les partenaires à tenter des choses auxquelles ils semblaient réticents ou n’auraient même pas envisagé de faire », rapporte la sexologue. Que ce soit en couple mixte (hf) ou en couple homosexuel (ff ; hh), le triolisme est ainsi l’occasion de faire naître et d’assouvir de nouveaux désirs. « Le triolisme, peut aussi être l’acceptation d’une bisexualité mais de manière intégrée au couple », ajoute Christelle Faure. 

Plan à trois, où le pratiquer et comment trouver les partenaires ?

Selon les préférences, le trio sexuel peut se pratiquer dans la sphère intime, chez soi, ou dans un club libertin.

Comment trouver la troisième personne ?

Que vous soyez en couple ou célibataire, il y a plusieurs techniques pour trouver un ou des partenaires adeptes du triolisme.

Les sites libertins. C’est le moyen le plus sûr et le plus rapide pour trouver des partenaires de jeu, que vous soyez en couple ou en solo. La raison est simple : les gens vont justement sur ce genre de sites internet pour satisfaire les mêmes envies que vous. « Cet outil permet aussi de discuter un peu avant de se lancer et de valider les attentes de chacun », détaille la sexologue. Et dans la communauté libertine, mieux vaut parfois s’en assurer car les horizons sexuels peuvent être larges !

Les applications de rencontre classiques. La flemme de créer un profil ? Rendez-vous sur des applications de rencontres rapides, qui ne sont pas spécialisées dans le triolisme, mais qui peuvent aussi aboutir à de beaux échanges, en fonction des personnes sur qui vous tombez. « Option tout de même réservée à ceux qui n’ont pas de critères trop précis, ou qui aiment le sexe dans toute sa spontanéité ; car vous n’aurez pas vraiment le temps de discuter », nuance Christelle Faure. 

Le réseau d’amis. La recherche peut aussi se faire de manière plus spontanée, dans son cercle d’amis par exemple. « Évidemment, n’allez pas proposer un plan à trois à la fin d’un repas, sans savoir si vos proches pratiquent ce genre d’activité ; au risque que ça arrive comme un cheveu sur la soupe. En revanche, si autour de vous, vous connaissez des personnes ouvertes sexuellement, ou libertines pratiquantes, pourquoi pas leur demander si elles sont intéressées. Connaître la personne qui va se joindre à vous peut vous mettre en confiance », illustre la sexologue.

Les clubs libertins. Par définition, les clubs libertins sont l’endroit parfait pour rencontrer un ou des partenaires pour un plan à trois. Enfin, encore faut-il oser pousser les portes de l’un d’entre eux, mais à l’intérieur, soyez certain que vous n’aurez que l’embarras du choix !

Le hasard des soirées. Plutôt rare mais pas impossible, il arrive qu’une soirée puisse déraper et que vous vous retrouviez dans un partie de jambes en l’air à trois, sans trop savoir comment c’est arrivé. Si ça se passe : laissez-vous portez à condition toutefois d’en avoir envie et de prendre certaines précautions vis à vis des IST (infections sexuellement transmissibles) notamment.

Les prérequis pour faire l’amour à 3

En avoir envie tous les trois. Comme pour toutes pratiques sexuelles, le consentement est la base pour se lancer dans un plan à trois. Si vous êtes en couple, le désir doit émaner des deux partenaires : « Ne jamais accepter un plan à trois pour faire plaisir à son·e partenaire, au risque de perdre la confiance en soi et/ou en l’autre, de créer de la jalousie ou encore de la frustration… », avertit Christelle Faure. 

Communiquer et définir ses limites avant, pendant et après. « Il y a un monde entre l’univers du fantasme auquel est associé le plan à trois, et la réalité. À tout moment, chacun des partenaires impliqués dans la relation à trois doit donc pouvoir stopper l’expérience. Un système de code visuel ou gestuel, comme un regard ou deux tapotements sur l’épaule, peut être au préalable défini par le couple », complète la professionnelle en sexologie. Il peut aussi être intéressant de se retrouver à trois avant de commencer la pratique sexuelle afin de fixer certaines règles :  aller jusqu’à l’orgasme ou pas, s’autoriser ou non de s’envoyer des textos après la pratique, se revoir et répéter le plan à trois… « Le cadre sera bien sûr différent selon les profils mais ce qui compte vraiment : c’est de l’exprimer clairement. Ne partez pas du principe que les autres peuvent le deviner », assure Christelle Faure.

Dédramatiser. « Avoir des petits flops comme une panne sexuelle, quand on fait l’amour à trois, c’est normal. L’important étant de ne pas s’attarder dessus mais plutôt de rassurer son·a partenaire pour lui redonner confiance. Au besoin, il vaudra mieux arrêter l’échange et revenir dessus plus tard plutôt que de poursuivre l’échange, au risque de créer plus de blocage. »

S’informer sur le sujet. Plusieurs ouvrages traitent la pratique dans son ensemble. Des forums et podcasts spécialisés sont aussi des supports intéressants pour découvrir et approfondir l’art du triolisme.

Prendre conseil auprès d’un professionnel. Une visite chez un·e sexologue peut être profitable au couple qui veut se lancer ou qui pratique déjà le plan à trois. « Ce sera l’occasion de recadrer ses limites en fonction des risques qui y sont liés comme la jalousie ou le sentiment de trahison, entre autres », clarifie Christelle Faure.

« Dans le cas où le triolisme se passe de manière récurrente avec la·e même partenaire, pourquoi pas intégrer ce dernier à ce rendez-vous afin d’être raccord sur toute la ligne. »

Trio sexuel : une partie de plaisir pas sans risques

 il n’est pas recommandé pour tous les couples. « Si celui-ci est fragile, attention : c’est le meilleur moyen pour empirer les choses », prévient la thérapeute.

« Si vous recourez au plan à trois pour « tromper » votre partenaire avec sa permission, les risques de perdre sa confiance sont aussi forts présents. Le couple doit rester au centre de la pratique. »
C’est aussi important de bien connaître les forces et faiblesses de sa relation amoureuse et de mettre un point d’alerte s’il y a débordement car avant tout, le plan à trois doit servir à prendre du plaisir et non à tomber amoureux. »

Un autre aspect à prendre en compte lors d’un plan à trois, c’est la santé. « Le préservatif reste la meilleure protection pour éviter une grossesse non désirée et une transmission d’IST. Ne vous fiez pas à ce que chaque partenaire peut raconter, même si vous le·a connaissez bien : protégez-vous  », insiste Christelle Faure.

Enfin, si le triolisme peut être pratiqué de manière soft, il peut aussi être l’occasion de se frotter à un univers plus transgressif : domination/soumission  (BDSM), candaulisme, gloryhole (pratique qui consiste à réaliser un trou dans un mur ou une cloison permettant l’insertion d’un pénis afin d’avoir un rapport sexuel avec la personne située de l’autre côté ou de recevoir une fellation)…
Il sera donc essentiel de bien cerner ses attentes et peut-être utile d’y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans un plan à trois.

Continuer la lecture

Quitter la version mobile